Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Kunstmuseum des Grisons a désormais une direction bicéphale avec Nicole Seeberger (à gauche) et Stephan Kunz.

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

Le gouvernement grison veut mettre fin à la polémique qui agite le Musée des Beaux-Arts des Grisons, à Coire, en nommant une direction bicéphale. Jeudi, il a rétabli Stephan Kunz dans ses fonctions de directeur et a nommé Nicole Seeberger co-directrice.

L'affaire occupe périodiquement les médias grisons depuis quelques semaines. En juin, le chef du département cantonal de l'éducation et de la culture Martin Jäger a rétrogradé le directeur du musée Stephan Kung, 55 ans, au poste de conservateur et il a nommé Nicole Seeberger, 36 ans, à la direction de l'institution pour un intérim d'une année.

La décision était justifiée par le fait que tout ne fonctionne pas pour le mieux dans la gestion administrative du musée. Quelques jours plus tard, Martin Jäger est revenu sur sa décision et a annoncé que la réorganisation de la direction est repoussée. Le conseiller d'Etat a désigné le 21 juin un médiateur pour tenter de trouver une solution et mettre fin à la polémique.

Manifestation

Dans la réalité, le poste de directeur a été vacant pendant plusieurs semaines. Aussi bien Stephan Kunz que Nicole Seeberger étaient annoncés malades. Le mercredi 21 juin, 150 personnes ont manifesté devant le musée à Coire pour demander que Stephan Kunz soit rétabli dans sa fonction de directeur qu'il occupe depuis 2011.

Jeudi à Coire, Martin Jäger a présenté le nouvel organigramme du musée à la presse. Stephan Kunz est désormais directeur artistique et responsable des nouvelles expositions et de l'enrichissement et de la conservation des collections.

Direction administrative

Nicole Seeberger assure quant à elle la direction administrative, gère le personnel et de la communication et elle est responsable des aspects scientifiques, de la documentation et des archives de la collection du musée. La distribution clairement établie des responsabilités est une bonne base pour la collaboration, a souligné devant la presse Stephan Kunz.

Rétrograder Stephan Kunz était une erreur, a reconnu jeudi le chef du département de la culture. Il admet n'avoir pas été assez attentif aux mises en garde venant de l'extérieur, a-t-il ajouté.

La nouvelle organisation renforce la direction, estime le conseiller d'Etat. Elle permettra au musée de poursuivre sur la voie du succès qui est le sien depuis l'inauguration du nouveau bâtiment en juin 2016, a encore souligné Martin Jäger.

ATS