Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le torchon brûle au siège du New York Times (archives).

KEYSTONE/AP

(sda-ats)

Deux employées sexagénaires noires du New York Times ont lancé jeudi des poursuites en justice contre le journal. Elles affirment qu'il pratique une politique salariale, de nomination et de promotion discriminatoire en fonction de l'âge, de la race et du genre.

Ces poursuites aspirent à se transformer en action de groupe. La plainte fait nommément référence au patron Mark Thompson, ancien directeur général de la BBC, et à une responsable des services financiers, Meredith Levien.

Elle relève notamment que cette dernière est la seule femme siégeant au comité exécutif de la société. Ce "manque de gouvernance féminine favorise une atmosphère où les rôles de chaque genre, les stéréotypes et les préjugés sont renforcés, et où les voix féminines déterminées sont considérées comme 'autoritaires' et 'difficiles', plutôt qu''ambitieuses', 'pleines d'assurance' ou 'incisives'".

Pour la porte-parole du NYT Eileen Murphy, ces poursuites sont basées sur "des séries d'attaques calomnieuses et injustifiées" et "déforment complètement la réalité de l'atmosphère de travail" au journal. "Nous sommes en total désaccord avec toute allégation selon laquelle le Times, M. Thompson ou Mme Levien ont discriminé une personne ou un groupe d'employés", a-t-elle poursuivi.

Directrice générale licenciée

Ces poursuites interviennent deux ans après le licenciement de la directrice générale Jill Abramson, qui avait enflammé le débat sur la difficulté pour les femmes d'occuper des postes clés dans les grands médias et sur leurs conditions salariales. La direction avait alors assuré que ce licenciement n'avait rien à voir avec le fait qu'elle soit une femme, ou avec un conflit sur son salaire.

Les plaignantes, âgées de 61 et 62 ans, avancent également le fait que M. Thompson, lorsqu'il était à la BBC, avait été confronté à plusieurs plaintes de femmes arguant de "pratiques d'emploi sexistes et basées sur l'âge".

ATS