Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse est au 10e rang mondial pour la réduction des disparités entre les sexes, selon une étude du WEF publiée mardi à Genève. Les pays nordiques sont en tête du classement.

L'étude du Forum économique mondial (WEF) révèle que les disparités économiques sont nettement plus importantes que celles observées dans le domaine de l'éducation et de la santé. Le fossé reste béant sur le plan économique, avec un écart comblé seulement à 59%, alors que l'écart hommes-femmes est comblé à 93% dans le domaine de l'éducation.

"Un monde dans lequel les femmes représentent moins de 20% des décideurs est un monde qui passe à côté d'immenses possibilités et qui ignore un réservoir de talents non exploité", a commenté le président du WEF Klaus Schwab, cité dans le rapport.

Les pays nordiques (Islande, Norvège, Finlande, Suède) sont en tête du classement avec une réduction de plus de 80% de l'écart entre les sexes. Suivent l'Irlande, la Nouvelle-Zélande, le Danemark, les Philippines, le Lesotho et la Suisse (76,3%).

Progrès de la Suisse

La Suisse était déjà au 10e rang l'an dernier, mais seulement au 13e en 2009 et 14e en 2008. Le WEF note que la Suisse "continue d'améliorer l'accès des femmes à l'éducation, la participation économique et aux responsabilités politiques".

La Suisse est 28e pour la participation des femmes aux responsabilités économiques, 68e pour l'accès des femmes à l'éducation, 75e pour l'accès à la santé et 13e sur le plan de la participation des femmes aux décisions politiques.

L'Allemagne, l'Espagne, la Belgique, l'Afrique du Sud, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada, la Lettonie et Cuba (73,9% des écarts comblés) se classent ensuite parmi les 20 meilleurs élèves.

Les pays où les écarts entre les sexes sont les plus considérables sont l'Arabie saoudite, le Mali, le Pakistan, le Tchad et dernier de la liste (135e), le Yémen.

Depuis 2006, 85% des pays ont amélioré leur performance, alors que 15% ont reculé.

ATS