Navigation

Disparition de l'ex-Premier ministre belge Jean-Luc Dehaene

Ce contenu a été publié le 15 mai 2014 - 19:51
(Keystone-ATS)

L'ancien Premier ministre belge Jean-Luc Dehaene est décédé jeudi en France à l'âge de 73 ans des suites d'une chute, a indiqué le parti social-chrétien flamand CD&V, au sein duquel il avait fait toute sa carrière. Il a été une des figures politiques de ces dernières années dans le royaume et un grand Européen.

L'ancien chef du gouvernement belge (de 1992 à 1999) "était en vacances en France avec sa femme et des amis et il est mort après une chute", a indiqué un porte-parole du parti.

"Notre pays perd un homme d'Etat hors du commun. Jean-Luc fut un compagnon de route précieux. Mes condoléances émues à sa famille", a déclaré le Premier ministre Elio Di Rupo. Le président de la N-VA, le parti indépendantiste flamand, Bart De Wever, a salué en Jean-Luc Dehaene "un homme jovial et sociable, doté d'un grand coeur et d'une incroyable vision politique".

Entre "démineur" et "bulldozer"

Européen convaincu, M. Dehaene avait été en 2002 vice-président de la Convention européenne présidée par l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing. Celle-ci avait rédigé le projet de Constitution, rejeté en 2005 par la France et les Pays-Bas.

La présidence de la Commission européenne lui avait échappé en 1994 en raison d'un veto britannique contre ce Belge jugé trop fédéraliste. Jean-Luc Dehaene était surnommé le "démineur" ou le "plombier" en raison de ses talents de négociateur, mais aussi le "bulldozer" ou le "taureau de Vilvorde" à cause de son physique de lutteur et de son caractère bourru.

Membre de cabinets ministériels sociaux-chrétiens dans les années 70, il était sorti de l'ombre au début des années 80 en devenant ministre. Il avait accédé en 1992 au poste de Premier ministre, qu'il conservera pendant près de huit ans.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.