Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Manny Pacquiao, un des boxeurs les plus titrés de l'histoire, a réussi ses adieux en battant aux points et avec panache l'Américain Tim Bradley lors d'un combat sans titre en jeu, samedi à Las Vegas.

Après le décevant et bien terne "combat du siècle" perdu face à son grand rival Floyd Mayweather en mai 2015, le Philippin est descendu du ring pour la dernière fois de sa carrière, en vainqueur éclatant.

Il a dominé de bout en bout son adversaire qu'il affrontait pour la troisième fois (défaite aux points en juin 2012 et victoire aux points en avril 2014) et qu'il a envoyé à deux reprises au tapis. Même s'il n'a pas offert à ses supporteurs le k.o. qu'il leur avait promis, sa victoire à l'issue des douze reprises, ne faisait aucun doute pour les spectateurs du MGM Grand Garden Arena, tous acquis à sa cause. Elle a été confirmée à l'unanimité par les juges (116-110, 116-110, 116-110).

Pacquiao, dont la carrière professionnelle avait débuté en janvier 1995 pour une bourse de 1000 pesos (19 euros), a signé sa 58e victoire, dont 38 avant la limite, 6 défaites et 2 nuls. L'octuple champion du monde qui, après avoir vécu dans la rue, a amassé une fortune estimé à 500 millions de dollars, dont 20 millions pour son combat d'adieux, veut désormais se lancer à temps complet dans une carrière politique.

Et malgré sa démonstration contre Bradley (33 victoires, 2 défaites et 1 nul) et les espoirs de ses entraîneurs et promoteurs, "Pac-Man", 37 ans, ne semble pas vouloir revenir sur sa décision. Déjà membre de la chambre des représentants du Parlement philippin, il brigue un poste de sénateur aux élections de mai, en attendant à terme une poste avec encore plus de responsabilités.

"Je pense toujours que c'était mon dernier combat, j'en ai fait la promesse à ma famille, peut-être que j'apprécierai ma vie de retraité de la boxe, ma nouvelle vie destinée à aider et servir mon peuple", a-t-il indiqué après son combat.

ATS