Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Etat devrait s'impliquer davantage pour assurer la diversité des médias et leurs fonctions démocratiques, notamment par des aides directes. Par 88 voix contre 77, le National a adopté mercredi une motion en ce sens de sa commission des institutions politiques.

La balle passe dans le camp du Conseil des Etats. Les médias ont de plus en plus de mal à exercer leurs fonctions démocratiques, a regretté Andreas Gross (PS/ZH), au nom de la commission. En dix ans, le nombre de journaux économiquement indépendants a reculé de 25%, provoquant un appauvrissement du pluralisme médiatique. Le gouvernement ne peut plus attendre pour agir.

La motion charge le Conseil fédéral de soumettre, dans un délai de deux ans au Parlement, un projet de bases légales pour le soutien direct et indirect aux médias. Parallèlement, le gouvernement devrait mettre sur pied un système d'encouragement.

Concept général

D'ici là, il devrait avoir élaboré un concept général du paysage médiatique en se fondant sur une des options évoquées dans un rapport sur la diversité de la presse remis en juin dernier. Des aides directes, comme le subventionnement du traitement de l'information essentielle à la formation de l'opinion démocratique, ou un soutien de l'éducation aux médias entreraient donc en ligne de compte.

Soutenu par les groupes UDC et PLR, le gouvernement s'est opposé en vain à la motion. Il est prêt à refaire le point en 2015 et à envisager des mesures si les efforts de la branche restaient vains. Toutes les analyses menées jusqu'à présent ont toutefois abouti à la conclusion que l'aide indirecte de l'Etat vis des tarifs postaux préférentiels était la meilleure solution.

ATS