Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dix mille personnes se sont retrouvées mardi soir au coeur de Berlin, à l'initiative d'organisations musulmanes allemandes et en présence de la chancelière Angela Merkel. Elles ont rendu hommage aux victimes des attentats qui ont frappé la France la semaine dernière.

Egalement présent, le président Joachim Gauck a tenu à rassurer la communauté musulmane après les attentats djihadistes en France. "Nous tous, nous sommes l'Allemagne ! Nous, les démocrates, qui sommes marqués si différemment politiquement, culturellement et religieusement", a affirmé M. Gauck.

L'Allemagne est "devenue plus diverse au niveau religieux, culturel et dans les mentalités grâce à l'immigration", a-t-il encore souligné. Cet élément "contribue au succès (du) pays et le rend plus intéressant et aimable", selon lui.

Mme Merkel, qui n'a pas pris la parole, était déjà monté en première ligne la veille en répétant que l'islam faisait partie de l'Allemagne. Elle avait souhaité que ce rassemblement envoie "un signal très fort (...) pour la cohabitation paisible des différentes religions".

Terrorisme: pas en notre nom

Lors de la manifestation dans la capitale allemande, face à la foule, où flottaient plusieurs drapeaux français, allemands et israéliens, les responsables musulmans à l'origine de cette initiative baptisée "Rester ensemble - à visage découvert" ont déposé une couronne de fleurs portant l'inscription "Terrorisme: pas en notre nom" devant l'ambassade de France voisine.

"Les terroristes n'ont pas gagné et les terroristes ne gagneront pas", a assuré le président du Conseil central des musulmans d'Allemagne, Aiman Mazyek, lors d'un bref discours, avant qu'une minute de silence ne soit observée en mémoire des 17 victimes des attentats en France.

Le vice-président du Conseil central des Juifs en Allemagne, Abraham Lehrer, a "fermement et totalement condamné les actes de vengeance, notamment les agressions contre les mosquées". Il s'est aussi alarmé de la "radicalisation toujours plus forte au sein de l'islam" et du départ vers Israël "d'un nombre croissant de Juifs français". La foule silencieuse a été évaluée à 10 000 personnes par la police.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS