Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dix-neuf personnes ont péri lors d'un incendie qui a ravagé lundi le plus grand centre commercial de Doha, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Parmi les victimes figurent 13 enfants et leur quatre puéricultrices encerclés par les flammes dans une crèche.

L'incendie a fait "19 morts, dont 13 enfants - sept filles et six garçons -, quatre institutrices et deux membres de la Défense civile", a indiqué le ministère sur Twitter, citant le ministère de la Santé.

Parmi les enfants, quatre étaient de nationalité espagnole, a annoncé une porte-parole du ministère espagnol des Affaires étrangères à Madrid. Un petit Français de 3 ans est également décédé, selon la ministre chargée des Français de l'étranger, Yamina Benguigui.

Des enfants originaires du Japon, du Bénin ou bien encore des Philippines ont également perdu la vie.

Crèche en feu

Le sinistre s'est déclaré à 11h30 locales dans une crèche située dans le centre commercial, le Villagio Mall, a expliqué aux journalistes le ministre d'Etat qatari pour l'Intérieur Abdallah ben Nasser Al Thani. Les causes du drame demeurent indéterminées.

Le ministre a précisé que les pompiers avaient dû pénétrer par le toit pour évacuer les enfants encerclés par les flammes, les escaliers menant à la crèche située au premier étage s'étant effondrés.

"Nous avons tenté d'atteindre le secteur où se trouvaient les enfants, mais la chaleur extrêmement élevée nous a empêchés de progresser", a relaté à la presse le général Hamad al Douhaïmi, de la Protection civile.

Le ministre de la Santé Khaled al-Qahtani a de son côté affirmé que 17 personnes avaient été blessées dans cet incendie, en majorité des pompiers.

"Pas d'alarmes"

"Il ne semble pas qu'il y avait des alarmes d'incendie ni d'installations automatiques d'extinction des flammes dans le centre commercial", a affirmé un parent d'un enfant de deux ans mort dans l'incendie joint par Reuters à l'hôpital Hamad.

Un fonctionnaire du ministère de l'Intérieur a réfuté cette affirmation.

ATS