Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dix personnes, dont deux jeunes enfants, ont trouvé la mort jeudi dans l'accident d'un Fokker de l'armée indonésienne. L'appareil s'est écrasé sur une zone résidentielle de l'est de Jakarta.

"Les sept membres d'équipage, ainsi que trois personnes au sol, ont été tués", a indiqué à la presse un porte-parole de l'Armée de l'air.

Les trois victimes au sol sont deux enfants de deux et six ans, ainsi qu'une femme âgée, a-t-il ajouté. "L'avion s'est brisé en deux", a-t-il expliqué.

L'appareil, un Fokker F 27, a décollé de l'aéroport de Halim à 13h10 (08h10 en Suisse) et l'accident est survenu à 14h45. Il survolait la région de Halim pour "un vol d'entraînement de routine et s'est écrasé sur un complexe résidentiel de l'armée", a indiqué un autre porte-parole de l'Armée de l'air.

L'avion avait plus de 20 ans

Le Fokker-27 avait plus de 20 ans, a indiqué le porte-parole des forces armées. L'armée indonésienne est actuellement lancée dans un processus de rajeunissement de ses équipements, multipliant les achats auprès des Russes et des Américains.

L'accident est intervenu après le crash d'un Superjet 100 de l'avionneur russe Soukhoï, le 7 mai lors d'un vol de démonstration.

L'appareil s'était écrasé sur le flanc d'un volcan endormi et recouvert de jungle, au sud de Jakarta. Il transportait 45 personnes, tous Indonésiens, à l'exception de huit Russes, un Français et un Américain. Aucun survivant n'a été retrouvé.

Ce crash avait relancé la polémique sur la sécurité aérienne en Indonésie, un immense archipel de plus de 17'000 îles qui dépend en grande partie de l'aviation pour ses transports. Le secteur connaît une croissance fulgurante depuis plusieurs années qui pourrait se faire au détriment d'un strict respect des règles de sécurité, avertissent régulièrement des experts.

ATS