Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les douanes suisses ont récemment découvert un trafic de colonies d'abeilles. Plusieurs apiculteurs impliqués dans cette contrebande ont été identifiés. L'Office vétérinaire fédéral (OVF) met ce trafic sur le compte des pertes importantes des professionnels durant l'hiver dernier.

Quelque 80 colonies importées illégalement ont dû être détruites, a indiqué jeudi l'inspecteur de la section anti-fraude de Zurich. Un essaim compte à ce stade environ 10'000 abeilles et la reine. Cette mesure a été prise afin de prévenir l'introduction de maladies des abeilles et de parasites en Suisse.

Société fantôme

La Société alémanique et grisonne d'apiculture a dénoncé ces importations au Service vétérinaire du canton de Zoug qui a immédiatement soupçonné une contrebande. La vente d'essaims artificiels n'est en effet pas possible au printemps.

Par ailleurs, la société qui proposait ces colonies au prix de 135 francs l'unité prétendait avoir son siège dans le canton de Zoug. Mais il n'en était rien: aucune trace prouvant son existence n'a été trouvée en Suisse centrale.

Investigations approfondies

Informé de cette affaire, le service d'enquête de l'Administration fédérale des douanes (AFD) a mené des investigations plus approfondies qui ont débouché le 1er mai sur la découverte d'importations illégales à différents postes de douane non desservis de la région de Rafz (ZH), poursuit l'OVF.

Des investigations supplémentaires menées en étroite collaboration avec les services vétérinaires cantonaux, les inspecteurs des ruchers et l'OVF ont révélé que des apiculteurs avaient importé des colonies d'abeilles illégalement.

L'enquête ouverte par les douanes suisses est toujours en cours, a précisé l'inspecteur zurichois. La société qui proposait ses essaims n'a pas été identifiée, a-t-il indiqué. En revanche, plusieurs acheteurs actifs dans cinq cantons alémaniques ont été amendés.

ATS