Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'avenir politique d'Alexeï Navalny demeure flou, la commission électorale centrale l'ayant jugé en juin inapte à se présenter contre Vladimir Poutine en mars prochain en raison d'une condamnation de justice pour détournement de fonds.

KEYSTONE/EPA/SERGEI ILNITSKY

(sda-ats)

Au moins 70 partisans du principal opposant au Kremlin Alexeï Navalny ont été arrêtés samedi à Moscou alors qu'ils distribuaient des tracts de campagne aux passants. Des dizaines d'autres l'ont été dans toute la Russie.

"Environ 70 personnes ont été arrêtées dans la capitale pour trouble à l'ordre public", a indiqué la police de Moscou dans un communiqué.

Au moins trente autres partisans de M. Navalny ont été interpellés dans d'autres villes russes, selon l'ONG spécialisée OVD-Info, qui tient un décompte des arrestations lors des manifestations en Russie.

Ballon dans le coffre

"J'ai été arrêté alors que je me trouvais dans une voiture. Dans le coffre, il y avait un ballon avec le nom de Navalny", a indiqué sur Twitter Nikolaï Kassiane, un des membres de l'équipe de campagne moscovite de l'opposant.

Les partisans de M. Navalny, qui a retrouvé la liberté vendredi après 25 jours de détention, se sont retrouvés samedi aux sorties des métros et dans les rues de plusieurs villes russes pour faire campagne en faveur de l'opposant auprès des passants.

Navalny agressé plusieurs fois

Alexeï Navalny, qui entend défier Vladimir Poutine à la présidentielle de mars 2018, a purgé récemment deux courtes peines de détention administrative pour avoir organisé fin mars et mi-juin des manifestations anti corruption d'ampleur.

Ces deux manifestations, interdites par les autorités, s'étaient soldées par des centaines d'arrestations et de condamnations à des amendes ou de courtes périodes de détention pour les partisans du blogueur.

L'opposant a été la cible de nombreuses agressions, dont une avec un liquide vert qui a nécessité un traitement ophtalmologique en Espagne, mais également de plusieurs poursuites judiciaires visant selon ses partisans à entraver ses ambitions.

"Dialogue sans intérêt"

Son avenir politique demeure flou, la commission électorale centrale l'ayant jugé en juin inapte à se présenter contre Vladimir Poutine en mars prochain en raison d'une condamnation de justice pour détournement de fonds.

"J'estime que nous pouvons avoir un dialogue (...) avec les gens qui proposent des positions constructives, même si elles sont critiques. Mais en ce qui concerne ceux qui n'essayent que d'attirer l'attention sur eux, alors ce dialogue n'a pas d'intérêt", a déclaré l'actuel président samedi lors d'une conférence de presse en Allemagne, en réponse à une question sur sa position face à M. Navalny.

ATS