Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vainqueur sur abandon au 1er tour, Novak Djokovic n'a pas non plus dû s'employer au 2e tour à Wimbledon. Il n'a lâché que cinq jeux face au 146e joueur mondial, Adam Pavlasek.

Le triple vainqueur du tournoi (2011, 2014, 2015) s'est imposé 6-2 6-2 6-1 en 1h33' face au Tchèque de 23 ans, dont le meilleur classement est un 72e rang obtenu en janvier dernier. Nole se hisse ainsi pour la neuvième année consécutive en 16e de finale sur l'herbe de Church Road. Un stade de la compétition où il avait été stoppé par Sam Querrey l'an passé.

Novak Djokovic, qui bénéficie des conseils d'Andre Agassi mais aussi de Mario Ancic durant ce tournoi, s'est montré impérial sur son service face à Adam Pavlasek. Il n'a lâché que 13 points au total sur son engagement et a effacé la seule balle de break à laquelle il a dû faire face, à 2-1 dans la troisième manche. Les choses plus sérieuses devraient commencer pour lui au prochain tour face à l'inattendu Ernests Gulbis (ATP 589), convaincant vainqueur en trois sets (6-4 6-4 7-6) de l'Argentin Juan Martin Del Potro (no 29).

Ex no 10 mondial encore classé dans le top 60 en juin 2016, Ernests Gulbis (28 ans) opère un retour inespéré au premier plan après de très longs moins de doute. Le Letton, demi-finaliste en 2014 à Roland-Garros, a vu sa fin de saison 2016 et son début d'exercice 2017 gâchés notamment par une grave blessure à un poignet.

Battu d'entrée à Roland-Garros pour sa seule précédente apparition de l'année dans un tableau final sur le circuit principal, Ernests Gulbis a sorti le grand jeu face à Juan Martin Del Potro: il a armé pas moins de 60 coups gagnants, dont 25 aces, pour seulement 22 fautes directes. Ce n'est qu'en évoluant dans le même registre qu'il pourra faire douter Novak Djokovic. Mais en sera-t-il capable?

ATS