Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Dominique de Buman voit un avenir au site de Charmey (FR)

L'avenir des remontées mécaniques de Charmey (FR) est en jeu (archives).

KEYSTONE/LEO DUPERREX

(sda-ats)

Dominique de Buman ne peut imaginer une offre touristique fribourgeoise sans "l'immense pan que constitue la station de Val-de-Charmey. Le propos du président des Remontées mécaniques suisses intervient alors que l'avenir des installations de la commune est incertain.

"Selon moi, la population (ndlr: de Charmey) n'est pas opposée aux remontées mécaniques dans leur principe. Sinon, le score n'aurait pas été si serré", note Dominique de Buman dans une interview parue mardi dans La Liberté. La semaine dernière, les citoyens de la commune avait rejeté à 240 voix contre et 203 pour une proposition d'augmenter les impôts, notamment pour soutenir l'activité de la station de ski.

"Ce qui a fait pencher la balance, c'est qu'il y avait une hausse d'impôts à la clé. On ne peut pas dire que c'était un référendum pour ou contre la télécabine", précise le conseiller national (PDC/FR), qui vient de boucler son année de présidence de la chambre du peuple. "Il est difficile de faire la part des choses."

Elargir le financement

"Mais dire que les Charmeysans ne veulent plus des remontées, c'est faux", estime Dominique de Buman, par ailleurs président de la Fédération suisse du tourisme (FST) et ancien syndic de Fribourg. "Par contre, il faut admettre qu'ils ne veulent plus être seuls à payer la télécabine, dont les retombées vont au-delà de Charmey."

Evoquant l'avenir de la station des Préalpes fribourgeoises, Dominique de Buman ne se montre pas "drastiquement pessimiste". D'un point de vue macroéconomique, l'offre touristique fribourgeoise est "bonne". "Elle est encore petite et en plein développement. Il y a du potentiel", ajoute-t-il.

"Une chose est sûre: je ne vois pas l'offre touristique cantonale être amputée de cet immense pan de l'offre que constitue la station de Val-de-Charmey", lance le président de la faîtière des remontées mécaniques suisses. Les déclarations de Dominique de Buman interviennent dans un contexte incertain pour l'avenir des installations.

Réunion de crise

Lundi soir, une réunion de crise s'est déroulée à Bulle (FR) sous la conduite du préfet de la Gruyère Patrice Borcard. Aucun élément n'a filtré. Les participants représentaient les principaux acteurs du dossier (préfecture, commune, remontées mécaniques, organismes touristiques, propriétaires des installations et association des stations).

Les remontées mécaniques de Charmey sont en difficulté financière depuis des années, en particulier avec le manque d'enneigement touchant les stations de moyenne altitude. La décision des citoyens de la commune fait peser un risque de faillite sur la société. Une ouverture pour l'hiver n'est pas assurée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.