Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dominique Giroud s'est retrouvé récemment en litige avec le fisc fédéral. En 2016, il avait dû défendre sa cause devant le Tribunal de Sion (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

L'encaveur Dominique Giroud devra répondre devant le Tribunal de police de Genève d'instigation à tentatives de soustraction de données. Il est soupçonné d'avoir voulu pirater, en 2014, les ordinateurs de deux journalistes avec l'aide de trois autres prévenus.

Il est principalement reproché à l'encaveur valaisan d'avoir, sur les conseils et l'entremise d'un détective privé et d'un ancien fonctionnaire fédéral, mandaté un hacker professionnel aux fins de pirater les ordinateurs de deux journalistes à la RTS et au Temps, indique lundi le Ministère public genevois.

Le but de ces manoeuvres, toujours selon le Parquet, était d'identifier une ou des sources de fuites relayées par ces deux journalistes. Ces derniers disposaient d'informations sur les procédures en cours contre l'encaveur et les diffusaient dans leur média respectif.

Alors que Dominique Giroud devra comparaître pour instigation à tentatives de soustraction de données, ses complices présumés, soit le hacker, le détective privé et l'ancien agent du Service de renseignements de la Confédération (SRC), devront répondre de tentatives de soustraction de données.

Les quatre prévenus bénéficient tous de la présomption d'innocence, a rappelé le Ministère public genevois. Le Tribunal de police peut infliger des peines pouvant aller jusqu'à deux ans de prison. La date du procès des quatre protagonistes de l'affaire n'a pas encore été fixée par la justice genevoise.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS