Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après avoir "éliminé" 16 candidats républicains à la course à la Maison Blanche, Donald Trump peut savourer sa victoire en termes de nombre de délégués nécessaires à l'investiture de son parti (archives).

Keystone/AP/BRENNAN LINSLEY

(sda-ats)

Le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump a franchi un cap historique jeudi: il a atteint la majorité de délégués requise pour l'investiture présidentielle de son parti, selon le décompte de l'agence de presse Associated Press.

Le parti républicain ne centralise pas de façon officielle le nombre de délégués obtenus par les candidats au cours des primaires, et plusieurs médias américains procèdent à leurs propres estimations, ce qui conduit à de légères différences car dans certains Etats, les délégués sont libres de voter pour le candidat de leur choix, et non liés par les résultats des primaires.

Mais Donald Trump a désormais empoché 1238 délégués, selon AP, qui est parvenu à ce nombre en interrogeant des délégués "libres", notamment dans l'Oklahoma. La majorité requise est de 1237, une barre que le candidat était de toute façon assuré de franchir lors des dernières primaires du 7 juin.

L'homme d'affaires milliardaire a d'ailleurs revendiqué jeudi la majorité requise pour l'investiture. "Les gens derrière moi nous ont permis de passer la barre", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Bismarck, dans le Dakota du Nord, où une partie de la délégation de l'Etat à la convention d'investiture de Cleveland (Ohio) l'accompagnait, afin de lui signifier son soutien.

Sacre cet été à Cleveland

Ses derniers rivaux ont jeté l'éponge il y a trois semaines à l'issue de la primaire de l'Indiana, après laquelle Donald Trump est de facto devenu le candidat officieux du parti républicain pour la Maison Blanche, adoubé par un nombre croissant de responsables du parti. Mais cette investiture n'est pas officielle tant que le candidat n'a pas techniquement obtenu la majorité des délégués en jeu.

Le sacre lui-même interviendra lors de la Convention nationale républicaine à Cleveland, du 18 au 21 juillet. Chez les démocrates, Hillary Clinton est proche de l'investiture mais ne devrait y parvenir que le 7 juin, lors des scrutins de Californie et d'autres Etats.

ATS