Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le milliardaire Donald Trump, favori républicain dans les sondages, a promis jeudi qu'il soutiendrait le candidat pour la présidence, quel qu'il soit, choisi par le parti. Il avait pourtant fait planer la menace d'une candidature indépendante s'il n'était pas désigné.

"Je ferai totalement allégeance au parti républicain et aux valeurs conservatrices qu'il défend, nous allons sortir et allons nous battre dur et gagner", a annoncé le magnat de l'immobilier lors d'une conférence de presse dans son quartier général de New York. "Je ne vois aucune circonstance qui me pousserait à revenir sur cette promesse", a-t-il ajouté.

Lors du premier débat des poids lourds du parti conservateur, début août, "le Donald" avait pourtant dit ne pas exclure de se présenter en indépendant si le parti ne le désignait pas.

Lorsqu'on lui a demandé, lors du débat, de s'engager à ne pas se présenter hors du parti et de soutenir le candidat qui sera désigné, quel qu'il soit, il avait répondu: "je ne ferai pas cette promesse à ce stade".

Unité du parti sauvée

Les 17 prétendants à l'investiture républicaine ont ainsi "tous juré de soutenir le candidat qui sera finalement choisi" par les électeurs républicains, a annoncé jeudi le président du parti Reince Priebus dans un communiqué.

Malgré la pléthore de candidats et leurs opinions divergentes, cet engagement "est un signe d'unité au sein du parti", s'est félicité M. Priebus. Il a assuré que "n'importe lequel des candidats fera un meilleur président qu'Hillary Clinton", la favorite pour la présidentielle de 2016 dans le camp démocrate.

Peut vivre avec l'accord sur l'Iran

Le candidat Trump s'est en revanche démarqué de ses rivaux en prenant des positions tranchées sur l'accord avec l'Iran et le mariage pour tous. Avec son franc-parler habituel, il a affirmé qu'il s'accommoderait de ce qu'il qualifie "de contrat épouvantable".

"C'est l'exemple parfait d'un mauvais accord qu'on doit assumer", a-t-il reconnu ajoutant qu'il se montrerait intransigeant dans son application.

Sur la question du mariage pour tous, plusieurs prétendants à l'investiture ont déclaré soutenir Kim Davis, cette employée de justice du comté de Rowan qui a préféré être condamnée à une peine de prison plutôt que délivrer elle-même des certificats de mariage à des personnes de même sexe.

"Nous sommes dans un Etat de droit", a commenté Donald Trump. "La décision a été rendue (par un arrêt de la Cour suprême en juin) et c'est la loi de notre pays."

ATS