Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Nous avons besoin d'une autorité, même d'une autorité imprévisible, pour mettre de la pression (...) et c'est que nous voyons chez le président Trump", a lancé la présidente lituanienne.

KEYSTONE/EPA Polaris POOL/CHRIS KLEPONIS / POOL

(sda-ats)

Le président étasunien Donald Trump a vanté mardi, en présence des dirigeants des pays baltes, sa fermeté face à la Russie. Il a toutefois réaffirmé sa conviction qu'il pourrait bien s'entendre avec l'homme fort du Kremlin.

"Personne n'a été aussi ferme face à la Russie que moi", s'est vanté l'Américain lors d'une conférence de presse commune avec le président letton Raimonds Vejonis et ses homologues lituanienne Dalia Grybauskaite et estonienne Kersti Kaljulaid.

Les trois pays baltes ont passé cinq décennies sous occupation soviétique, jusqu'en 1991, avant de rejoindre l'Otan et l'UE en 2004.

Visite de Poutine?

S'il n'a pas abordé directement la question sensible d'une éventuelle rencontre prochaine avec Vladimir Poutine à la Maison Blanche, Donald Trump a une nouvelle fois tenu à souligner qu'il pourrait avoir une "très bonne relation" avec ce dernier.

"Si cela arrive, ce serait une excellente chose. C'est une réelle possibilité. Il est possible aussi que cela n'arrive pas. Qui sait?", a lancé le président américain dont tous les propos sur la Russie sont scrutés avec une attention particulière sur fond d'enquête du procureur spécial sur les liens éventuels entre son équipe de campagne et Moscou.

Selon la Maison Blanche, aucune date n'a été évoquée à ce stade. La dernière visite de Vladimir Poutine à la Maison Blanche remonte à 2005, sous George W. Bush.

Ce possible face-à-face intervient dans un contexte de grandes tensions. Déjà au plus bas, les relations se sont encore aggravées après l'empoisonnement début mars au Royaume-Uni de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal.

"Autorité imprévisible"

Dans une formule qui a suscité des sourires dans la salle, la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite a loué Donald Trump pour son style diplomatique singulier. "Nous avons besoin d'une autorité, même d'une autorité imprévisible, pour mettre de la pression (...) et c'est que nous voyons chez le président Trump", a-t-elle lancé.

Au-delà des déclarations sur l'engagement de l'Otan à leur côté face au puissant voisin russe, les pays baltes souhaitent que les Etats-Unis envoient plus fréquemment les batteries de missiles antimissiles Patriot pour des exercices militaires.

"J'espère que les Etats-Unis et les autres alliés comprennent que l'espace aérien des pays baltes doit être mieux protégé et défendu", a dit Mme Grybauskaite à la radio publique LRT, à la veille de la visite.

Les pays baltes avaient été secoués par la rhétorique de la campagne électorale de Donald Trump avec en particulier sa mise en question de l'utilité de l'Otan.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS