Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La transmission de données contenant des noms aux autorités fiscales des Etats-Unis par le Credit Suisse (CS) a suscité de fortes inquiétudes parmi les employés de la grande banque. Mais pour son patron Brady Dougan, "un employé qui a suivi les règles ne devrait pas s'inquiéter".

Dans une interview parue dans l'édition du week-end du "Temps", Brady Dougan affirme que "contrairement à ce que beaucoup de gens croient, nous n'avons pas transmis de listes de noms (mais) nous avons dû transmettre des documents, des e-mails, etc., où figurent des noms".

Concernant les personnes mentionnées, elles n'ont pas toujours été informées directement. "S'il fallait prévenir tout le monde, il s'agirait de milliers de personnes", se défend M. Dougan. Et d'ajouter que "si certains employés se posent la question, ils peuvent se renseigner. Un collaborateur qui n'est pas conseiller à la clientèle et qui n'a pas eu de contact avec des clients américains n'est pas concerné".

Déplacements plus délicats

Quant à la question de savoir si les employés peuvent toujours librement voyager, le patron du CS affirme que depuis plus de cinq ans "nous sommes très prudents" et que "pour chaque pays où nous faisons de la gestion de fortune, nous avons un manuel" qui détaille notamment leur législation.

"Avant de faire un voyage, il faut lire le manuel du pays concerné, faire un test de connaissance et attendre le feu vert de son chef de service" sur le déplacement prévu. "On ne peut donc pas dire que nous pouvons voyager entièrement librement, mais nous n'avons pas d'interdiction de voyager non plus", dit M. Dougan.

Le patron de la deuxième banque helvétique se refuse à donner des chiffres sur le nombre de noms donnés, et ajoute qu'il est "difficile de prévoir" quand un éventuel accord avec les Etats-Unis pourra être conclu. En tout état de cause, le CS s'attend à une amende à l'issue des négociations, et a "déjà pris une provision de 300 millions de francs pour ce différend".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS