Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police chinoise a procédé à l'arrestation de douze personnes suite aux explosions qui ont fait 145 morts le 12 août à Tianjin, en Chine, ont annoncé jeudi les médias d'Etat. Onze responsables publics ont en outre été placés sous enquête pour négligence.

Parmi les personnes interpellées figurent le président, le vice-président et trois autres dirigeants de l'entreprise qui possédait l'entrepôt où étaient stockés les produits chimiques qui ont explosé, selon l'agence de presse Chine nouvelle, qui cite la police.

La semaine dernière, ils étaient apparus à la télévision d'Etat, "confessant" avoir utilisé leurs "connexions politiques" pour obtenir des autorisations et contourner les règles de sécurité.

Le parquet populaire suprême chinois a pour sa part annoncé sur son site Internet que des enquêtes avaient été ouvertes à l'encontre de onze responsables publics. Dix d'entre eux sont accusés de négligences et le onzième d'abus de pouvoir.

700 tonnes de cyanure

Parmi eux figurent des officiels appartenant à plusieurs départements du gouvernement local (transports, douanes, sécurité du travail), mais aussi le président du groupe étatique gérant le port de Tianjin, a précisé le parquet.

L'entrepôt de produits chimiques d'où sont parties les explosions géantes contenait quelque 700 tonnes de cyanure de sodium hautement toxique, parmi des milliers de tonnes d'autres composants chimiques dangereux, selon les autorités. Or, le site se trouvait à moins d'un kilomètre de zones d'habitation et d'axes routiers majeurs, ce qui est contraire aux normes en vigueur.

Le bilan des explosions du 12 août, qui ont détruit une partie de la zone portuaire de Tianjin et dévasté les zones résidentielles alentour, continue lui de s'alourdir. Il s'élève désormais à 145 morts, selon un bilan publié jeudi, alors que 28 personnes restent portées disparues et plus de 500 sont toujours hospitalisées.

ATS