Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - Les critiques à l'égard de la politique d'intégration des étrangers en Suisse ont dominé vendredi et lundi à Genève les débats du comité de l'ONU pour les droits économiques et sociaux. La Suisse présentait pour la première fois son rapport depuis 1998.
Clôturant une journée et demie de débat avec les 18 experts du comité, le chef de la délégation suisse l'ambassadeur Jean-Jacques Elmiger, chef des affaires internationales du travail au secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), s'est félicité d'"un dialogue ouvert et franc".
Il n'a pas caché qu'il pouvait y avoir des divergences d'interprétation en raison d'"une approche parfois plus timide et restrictive par la Suisse" des droits économiques et sociaux.
DiscriminationsLes experts ont soulevé un large éventail de questions. Ils ont regretté que la Suisse ait mis des réserves à l'applicabilité du Pacte de l'ONU, refuse d'adhérer à son protocole facultatif et d'adopter une loi au niveau fédéral pour lutter contre la discrimination.
Les membres du comité ont critiqué les discriminations salariales et autres frappant les femmes et les travailleurs migrants. La situation juridique floue des femmes migrantes victimes de violence conjugale a été soulevée, de même que le sort des Roms, notamment dans le canton de Genève, et des sans-papiers.
Un expert a mis en cause l'égalité des chances entre enfants immigrés et suisses dans l'éducation. Il a critiqué "une sélection qui ne dit pas son nom" désavantageant les enfants étrangers et de bas revenus.
Expulsion systématique des étrangersVendredi, des experts avaient soulevé la question de la prochaine votation du 28 novembre sur le renvoi des criminels étrangers et de sa conformité au droit international. Ils avaient critiqué le caractère discriminatoire d'une expulsion systématique des étrangers auteurs de délits, par opposition à des expulsions au cas par cas sur la base de jugements.
Les conditions de vie des requérants d'asile déboutés ont également été évoquées par les experts. Ils ont aussi plaidé pour un salaire minimum au niveau national.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS