Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dominique Strauss-Kahn a porté plainte contre la femme de chambre guinéenne Nafissatou Diallo. L'ex-directeur général du Fonds monétaire international (FMI) réclame un million de dollars pour "fausses accusations, diffamation et procédure abusive".

Selon cette plainte déposée lundi devant le tribunal du Bronx et consultée mardi par l'AFP, l'ancien patron du FMI l'accuse d'avoir "en toute connaissance de cause et intentionnellement fait de fausses déclarations aux forces de l'ordre" et d'avoir ainsi porté atteinte à sa réputation dans le monde, lui faisant perdre "d'autres opportunités professionnelles".

Président français

Dans les documents de justice cités dans un premier temps par le quotidien "New York Post" sur son site internet, Dominique Strauss-Kahn rappelle qu'il était au moment des faits "considéré par certains comme le prochain président français".

La plainte affirme que la relation sexuelle qu'il a eue le 14 mai 2011 avec Nafissatou Diallo était "mutuellement consentie", sans "violence ni contrainte", et précise qu'elle n'avait été blessée.

Plainte contre plainte

"Avec l'aide du personnel du Sofitel", une heure après cette relation sexuelle, Nafissatou Diallo a faussement déclaré à la police que M. Strauss-Kahn l'avait agressée sexuellement "alors qu'elle savait que c'était faux", précise également la plainte. La jeune femme avait alors affirmé avoir été contrainte à une fellation.

Nafissatou Diallo a porté plainte au civil le 8 août et cette plainte est toujours en cours devant un tribunal du Bronx. Le juge Douglas McKeon a en effet refusé son classement le 1er mai, rejetant l'argument selon lequel DSK bénéficiait à l'époque d'une immunité diplomatique. Sa plainte au pénal avait en revanche été abandonnée en août.

ATS