Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Du bronze et des nerfs d'acier pour les Suisses

Le curling suisse est à nouveau à la fête. La Suisse représentée par le CC Genève a décroché le bronze aux JO de Pyeongchang, en battant le Canada 7-5 dans la rencontre pour la 3e place.

Les Suisses (le skip Peter de Cruz, Valentin Tanner, Claudio Pätz, Benoît Schwarz) ont mis d'entrée sous pression les Canadiens de Kevin Koe, doubles champions du monde. La sélection du pays à la feuille d'érable, triple championne olympique (dans une autre composition), a subi un camouflet. Et les Suisses y sont pour beaucoup. Ils ont joué un match extrêmement sérieux, avec un maximum de concentration du début à la fin, pendant que les Canadiens commettaient de nombreuses imprécisions.

La belle tradition du curling suisse aux JO se poursuit, donc. Depuis la réintroduction de ce sport au programme olympique en 1998, la Suisse - hommes et femmes - a remporté au moins une médaille lors de cinq des six éditions. C'est la quatrième médaille pour le curling masculin, après le titre du Lausanne Olympique de Patrick Hürlimann en 1998 et les deux médailles de bronze de l'équipe l'Andreas Schwaller en 2002 et de celle de Ralph Stöckli en 2010.

Surtout, la superbe histoire de la jeune sélection du CC Genève se prolonge. En six participations à des tournois majeurs depuis le printemps 2014, Peter de Cruz, Valentin Tanner, Claudio Pätz et Benoît Schwarz sont à chaque fois rentrés avec une médaille! Un taux de réussite qui entre dans les annales. Il y a eu deux fois le bronze aux Mondiaux, deux fois le bronze encore et une fois l'argent aux Européens, et donc ce bronze olympique, qui vaut sans doute plus encore vu les tourments par lesquels il a fallu passer.

Les Genevois avaient entamé leur tournoi par deux défaites, contre la Grande-Bretagne et l'Italie, avant de gagner les cinq rencontres suivantes puis de trembler en finissant le Round Robin sur deux revers. Mais ils ont su se ressaisir dans le "money time", malgré une défaite cinglante en demies contre la Suède, en parvenant à garder tout leur sang-froid. A cet égard, la performance d'un Benoît Schwarz, d'un calme olympien dans les moments clés en tant que no 4, est à saluer.

Mais toute l'équipe évidemment est à associer dans les éloges: Peter de Cruz, le stratège et le cerveau , Claudio Pätz, magnifique ce samedi et dans les moments difficiles du tour préliminaire, et Valentin Tanner, infatigable balayeur et poseur de "guards".

Cette équipe a de surcroît de l'avenir, avec une moyenne d'âge de 27-28 ans, plutôt basse à ce niveau de jeu.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.