Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dans de nombreuses régions, les nappes phréatiques sont contaminées par des éléments d'origine naturelle.

Eawag

(sda-ats)

Environ 300 millions de personnes dans le monde tirent leur eau potable de nappes phréatiques contaminées par de l'arsenic ou du fluor. L'Eawag met en ligne gratuitement une plate-forme permettant d'évaluer ce risque dans une région donnée.

L'estimation se fait à partir des données géologiques, topographiques et environnementales sans qu'il soit nécessaire d'effectuer des analyses sur tout le territoire, a indiqué jeudi l'Institut suisse de recherche sur l'eau (Eawag).

Appelé Groundwater Assessment Platform (GAP), cet outil offre aux autorités, aux ONG et à d'autres spécialistes la possibilité d'entrer leurs propres données et d'établir une carte des risques pour la zone qui les intéresse.

En 2008, une équipe de l'Eawag avait déjà présenté une méthode permettant d'établir de telles cartes de contamination des eaux souterraines par les éléments d'origine géologique sans avoir à effectuer d'analyses dans les puits, forages et aquifères des régions concernées.

Avec la pratique, les scientifiques ont pu démontrer la fiabilité de leur modélisation dans plusieurs pays, notamment au Bangladesh et en Chine, où l'Eawag et la China Medical University de Shenyang ont constaté que près de 20 millions de personnes vivent dans des zones à risque. En outre, celles-ci s'étendent à des régions jusque-là jugées sans danger.

Dix pour cent des puits contaminés

Un tiers de la population mondiale tire l'eau des réserves souterraine qu'elle utilise pour les usages courants et l'agriculture. Dans les pays en développement, notamment, cette ressource est souvent moins polluée que l'eau des lacs et des rivières lorsqu'elle ne constitue pas la seule source disponible.

Or près de 10% des puits et captages sont contaminés par de l'arsenic ou du fluor. Généralement d'origine naturelle, ils se dissolvent dans le milieu aquatique à partir des roches et sédiments environnants.

S'ils sont ingérés à forte dose ou sur une longue période, l'arsenic et le fluor ont de graves effets sur la santé. L'absorption excessive de fluor affecte la dentition et la croissance et induit des déformations du squelette.

L’ingestion chronique d’arsenic provoque des anomalies de pigmentation de la peau et une hyperkératose de la paume des mains et de la plante des pieds. Elle peut en outre entraîner des troubles cardiovasculaires voire des cancers.

Eliminer les toxiques

La plate-forme a bénéficié notamment du soutien de la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC). Michael Berg, qui dirige le département Ressources aquatiques et eau potable à l'Eawag, y voit "un progrès décisif pour la protection de la population".

"Mais à côté de la détection précoce des risques, il est également très important de développer des méthodes pratiques pour éliminer les toxiques présents dans l'eau de boisson", déclare-t-il, cité dans le communiqué.

A cet effet, le guide "Geogenic Contamination Handbook", lui aussi élaboré par l'Eawag, présente plusieurs techniques adaptées à différents contextes. Enfin, le nouveau portail web permet à tous les acteurs de cette lutte d'être connectés dans le monde entier.

http://www.gapmaps.org/gap.protected/

ATS