Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités sanitaires sierra-léonaises ont annoncé mardi avoir placé en quarantaine près de 700 personnes. Il s'agit d'empêcher une recrudescence de l'épidémie d'Ebola après la mort d'une adolescente de 16 ans.

La jeune fille est décédée dimanche dans une banlieue rurale de la ville de Makeni, dans la province nordique de Bombali qui n'avait plus signalé de cas de la fièvre hémorragique depuis près de six mois. "Plus de 680 habitants du village de Robureh se trouvent désormais sous quarantaine pendant 21 jours", a déclaré à l'AFP le porte-parole du centre de réponse local à Ebola, Amadu Thullah.

Le centre a affirmé que parmi les personnes en confinement on comptait les parents de la jeune fille décédée, ses proches et ses camarades de classe. "Ils sont classés comme +présentant un haut risque+ bien qu'ils n'aient montré aucun signe ou symptôme de la maladie", a précisé le porte-parole du ministère de la Santé, Seray Turay.

Ce nouveau cas n'a pas de lien avec un foyer de contamination situé dans la province voisine de Kambia, où est morte fin août une femme de 67 ans dans le village de Sella Kafta, qui a depuis été placé en quarantaine.

Le Centre national de lutte contre Ebola (NERC) a dénombré 1524 personnes en quarantaine dans les deux provinces.

M. Thullah a admis que le moral était extrêmement bas dans la région de Makeni, la plus grande ville du nord du pays. "C'est un coup de semonce. Cela montre qu'Ebola est toujours présent dans le pays", a-t-il affirmé.

ATS