Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La situation pour le trafic de marchandises sur l'axe nord-sud reste tendue une semaine après l'éboulement survenu sur la ligne ferroviaire du Gothard à Gurtnellen (UR). Un fort accroissement du trafic poids lourds sur la route n'a cependant pas été constaté pour l'instant.

"J'observe de grandes incertitudes pour les transporteurs qui souhaitent se rendre au Tessin", a indiqué lundi le directeur de l'Association suisse des transports routiers (ASTAG) Michael Gherken. L'ASTAG reçoit de nombreuses questions de ses membres se demandant comment réagir après l'éboulement.

Pour l'heure, il est difficile de dire comment les choses vont évoluer. Les conséquences des prochaines fermetures nocturnes du tunnel routier du Gothard pour des travaux d'entretien sont tout aussi incertaines que l'augmentation du trafic à partir de la mi-juin avec le début des vacances d'été.

Groupe de travail

L'ASTAG est par conséquent en contact avec un groupe de travail dans lequel sont représentés l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays (OFAE), celui des routes (OFROU), et celui des transports (OFT). Celui-ci doit élaborer des mesures pouvant être appliquées en cas d'urgence.

La situation sur la route dépend fortement du comportement à venir des entreprises de transport, souligne Ruedi Rytz, directeur de la section transports au sein de l'OFAE. Pour l'instant, des mesures telles que le raccourcissement des fermetures nocturnes du tunnel du Gothard ont suffi à faire face.

Douane constamment ouverte

Des voies supplémentaires ont été libérées pour le trafic marchandises sur l'axe ferroviaire Lötschberg-Simplon. Le goulot d'étranglement constaté à la douane au Tessin a en outre pu être levé: le passage est désormais ouvert sept jours sur sept et 24 heures sur 24.

Les CFF indiquent que 135 convois de marchandises peuvent désormais circuler sur cet axe au lieu de 115 jusqu'ici. "Il est ainsi possible de prendre en charge 40% du trafic qui circulait via le Gothard", souligne le porte-parole Christian Ginsig.

ATS