Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les changements de température entre l'hiver et l'été ne peuvent à eux seuls expliquer les chutes de rochers en milieu alpin. L'existence d'un mécanisme de profondeur susceptible de modifier la stabilité de la roche a pu être démontré.

L'étude d'une zone d'éboulement du Cervin (VS) a permis de mettre en évidence ce phénomène. Des chercheurs de l'Université de Zurich ont découvert l'existence d'un mécanisme de cisaillement en sous-sol qui peut provoquer l'ouverture de failles en surface, a communiqué mardi le Fonds national suisse (FNS).

Le fonctionnement de ce mécanisme reste encore sujet à hypothèses. Il peut être provoqué par l'immixtion de l'eau de fonte dans les fissures ou alors par la modification des propriétés mécaniques de l'eau gelée.

Le phénomène, qui n'est qu'un début d'explication de ce qui se joue en sous-sol, a été découvert dans le cadre d'un projet du FNS. Le comportement de failles au Cervin a été suivi durant cinq ans grâce à un réseau de capteurs. La découverte doit permettre une surveillance mieux ciblée des zones à risque.

ATS