Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dans les 146 pays étudiés par l'institut national d'études démographiques (INED), l'âge de la paternité est en moyenne de 33,6 ans, contre 28 ans pour celui de la maternité. (Archive)

KEYSTONE/AP/MICHAEL SOHN

(sda-ats)

La fécondité des hommes dans le monde est "très différente" de celle des femmes, a souligné mercredi une étude française. Les écarts de fécondité des hommes varient de moins de 1 à plus de 13 enfants selon les pays, contre 1 à 8 par femme.

Dans les 146 pays étudiés par l'institut national d'études démographiques (INED), l'âge de la paternité est en moyenne de 33,6 ans, contre 28 ans pour celui de la maternité. Dans une vingtaine, tous situés en Afrique, l'âge moyen à la paternité dépasse 40 ans.

Dans les pays européens, la fécondité masculine se situe en moyenne entre un et deux enfants et est globalement proche de celle des femmes. Les pays d'Europe méridionale et de l'Est connaissent une fécondité masculine particulièrement basse, autour de 1,2 enfant par homme en moyenne, alors qu'en Europe de l'Ouest et du Nord, elle se situe plutôt entre 1,7 et 2,1 enfants, comme en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Plus de 13 enfants au Niger

Les disparités sont plus importantes en Asie, avec des niveaux de fécondité très faibles au Japon ou en Corée du Sud (autour de 1,2 enfant), et encore plus faibles dans certains pays du golfe Persique (inférieure à un au Qatar), en raison d'une forte surreprésentation des hommes par rapport aux femmes, liée à l'immigration. Elle est par contre sensiblement plus élevée dans d'autres pays d'Asie, atteignant cinq enfants par homme au Pakistan et sept enfants en Afghanistan.

En Amérique latine, la fécondité masculine est globalement plus faible qu'en Asie, mais les écarts y sont également sensibles, allant de moins de deux enfants (Cuba, Chili, Costa Rica) à plus de cinq enfants (Haïti).

L'Afrique subsaharienne a, de loin, les niveaux de fécondité masculine les plus élevés. Parmi les 41 pays subsahariens pour lesquels on dispose de données, la moitié a une fécondité masculine supérieure à 8,5 enfants, et on compte plus de dix enfants par homme dans un quart des pays.

Les fécondités les plus élevées sont observées au Niger (13,6 enfants en moyenne), au Soudan du Sud (13,5 enfants), au Tchad (12,1 enfants), et plus généralement dans les pays du Sahel. Seuls quatre pays (Afrique du Sud, Botswana, Lesotho et Namibie) comptent moins de 6 enfants par homme.

"Les écarts sont particulièrement prononcés en Afrique subsaharienne, singulièrement dans les pays où les écarts d'âge entre époux sont importants et où la polygamie est fréquente", explique l'étude.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS