Toute l'actu en bref

(sda-ats)

Près de 40% des entreprises genevoises sont satisfaites de leur année 2016. Pour 2017, elles sont plus de 80% à attendre une amélioration du chiffre d'affaires et de la rentabilité, indique l'enquête conjoncturelle de la Chambre de commerce de Genève (CCIG).

En 2016, près de 30% des entreprises considèrent leurs indications comme stables. Et un tiers seulement les ont trouvées difficiles à très difficiles, environ 10% de moins par rapport à l'année précédente, explique l'étude de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève (CCIG) publiée mercredi.

Les groupes de l'automobile et des technologies de l'information sont plus de 50% à être satisfaits. Parmi les autres secteurs qui s'en tirent bien figurent les ressources humaines, l'immobilier, l'énergie et l'environnement. En revanche, les banques, la chimie, le commerce de détail, l'horlogerie ont tous fait face à une année difficile.

Par ailleurs, les analyses sont globalement les mêmes à l'intérieur d'un même secteur. Trois quarts des entreprises s'attendaient à une hausse du chiffre d'affaires, mais elles n'ont été que 60% à l'observer.

Groupes du secteur de la santé en bonne condition

A l'inverse, un quart environ s'étaient préparées à une diminution et elles ont été 40% à la subir. La rentabilité, constatée par plus de 60%, avait aussi été prévue par davantage d'acteurs, soit 74% des entreprises.

Par secteur, les sociétés de la santé, l'immobilier, l'assurance, l'enseignement, l'énergie et l'environnement, la banque et les technologies de l'information ou les conseils sont plus nombreuses que la moyenne à avoir augmenté leur chiffre d'affaires. A l'inverse, les résultats de l'horlogerie, la chimie, les commerces, l'automobile, le tourisme, les transports et le négoce ont été moins bons.

Pour 2017, un tiers des entreprises prévoient une augmentation du chiffre d'affaires supérieure à 5%. Les plus optimistes sont celles des assurances, de la santé et des technologies de l'information et de la communication (TIC). Parmi les plus pessimistes se trouvent celles de la chimie, du bâtiment et des arts graphiques. Un quart des entreprises s'attendent à étoffer leur personnel.

Situation économique générale visée

Deux tiers des sociétés restent toutefois inquiètes sur la situation économique générale, 46% sur la concurrence et plus de 35% sur la recherche de nouveaux clients. Seuls les groupes industriels mentionnent le franc fort au premier plan.

Cette année, les entreprises ont également été interrogées sur l'utilité d'un aéroport international à Genève. Deux tiers y sont attachées.

L'enquête conjoncturelle a été menée de mi-janvier à mi-février auprès de moins de 2800 entreprises. Parmi elles, seules 1030 ont répondu, dont plus de 500 en totalité, soit moins de 20%. La marge d'erreur est de 3,93%. Parmi celles qui ont répondu, 56% réalisent plus de 90% de leur chiffre d'affaires en Suisse ou avec des clients en Suisse. Et pour un peu plus de 10% au total, ce volume atteint 10%.

ATS

 Toute l'actu en bref