Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe vaudois Edipresse, actif dans les médias, le numérique et l'immobilier, se retire du marché russe et se sépare des quelque 40 titres de presse et 12 sites Internet qu'il comptait dans le pays. Le montant de la transaction n'est pas divulgué.

"Cette décision a été prise il y a quelque temps déjà", a déclaré lundi à l'ats Stéphanie Costa, assistante du directeur financier du groupe, sans pouvoir préciser de date exacte. Elle confirmait une information parue dans le journal russe RBK.

Cette décision s'explique principalement par une nouvelle loi en Russie, qui limite à partir de 2016 l'actionnariat étranger dans les médias russes à 20%, a précisé Mme Costa. "La reprise s'effectuera par le biais d'un rachat par les cadres ("management buy-out"), a par ailleurs indiqué l'assistante de direction.

Selon RBK, Edipresse a cédé l'intégralité de ses parts de sa filiale russe - la société anonyme à capital fermé Edipresse-Konliga - au directeur général (CEO) de cette dernière.

Edipresse était présent sur le marché russe depuis 2003 suite au rachat de 52% des parts de Konliga pour un montant estimé à 2 millions de dollars (1,95 million de francs). L'éditeur vaudois avait par la suite progressivement augmenté sa participation, jusqu'à détenir la totalité des parts en 2009.

ATS