Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 24 personnes ont péri dimanche soir dans l'effondrement d'un vieil immeuble à Beyrouth, selon le directeur général de la Défense civile, le général Raymond Khattar. Un précédent bilan faisait état d'au moins 19 morts.

"Jusque-là, 24 corps ont été extraits et nous pensons qu'il y en a d'autres toujours enfouis sous les décombres du bâtiment qui s'est effondré dimanche soir", a déclaré à l'AFP un responsable de la Croix Rouge, Georges Kettaneh.

Une dizaine de personnes ont en outre été blessées, mais aucune grièvement. Le directeur général de la Défense civile a indiqué que parmi les corps retrouvés se trouvent ceux de sept Libanais - dont un adolescente de 15 ans - six Soudanais, deux Egyptiens et deux Philippins.

Le bilan ne cesse de s'alourdir après l'effondrement de ce vieil immeuble du le quartier chrétien d'Achrafieh, dans l'est de la capitale libanaise. Selon les estimations des autorités, une cinquantaine de personnes, essentiellement des Libanais et des ouvriers soudanais et égyptiens, y résidaient.

Bâtiment délabré

Une habitante qui a pu s'échapper avec sa mère mais dont le père et les trois frères étaient toujours sous les décombres a affirmé à la télévision que l'immeuble était tellement délabré que le propriétaire avait mis les résidents en garde peu avant l'effondrement.

Selon des voisins, des dizaines de personnes vivaient dans cet immeuble visiblement dans un état de délabrement aggravé par les fortes pluies qui se sont abattues sur le Liban ces derniers jours. "C'était comme un tremblement de terre", ont rapporté des témoins.

Le président libanais Michel Sleimane, le ministre de l'Intérieur Marwan Charbel et plusieurs députés se sont rendus sur place.Charbel et plusieurs députés se sont rendus sur place. Les effondrements d'immeubles ne sont pas fréquents au Liban, mais le pays compte de nombreux bâtiments anciens fragilisés par des étages construits de manière illégale.

ATS