Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police indienne a annoncé vendredi l'arrestation de cinq employés du constructeur de l'autopont en chantier qui s'est effondré jeudi à Calcutta. L'accident a tué au moins 25 personnes et les sauveteurs n'ont guère d'espoir de retrouver des survivants.

Une centaine de personnes ont été extraites, blessées, de cet enchevêtrement de débris depuis que cette portion de voie urbaine surélevée en construction s'est effondrée jeudi midi dans un quartier peuplé de la ville, écrasant voitures et piétons.

"Les opérations de secours ne cesseront pas tant que tous les blocs de béton et les poutres métalliques n'auront pas été retirés", a dit un haut responsable de la police de la ville, Akhilesh Chaturvedi.

Mauvaise réputation

Cinq salariés du groupe de construction IVRCL, qui conduisait le chantier, ont été arrêtés "pour être entendus", a-t-il ajouté, sans donner plus de précisions. La police a ouvert une enquête pour homicide visant IVRCL, dont les bureaux de Calcutta ont été placés sous scellés. La société a démenti toute responsabilité dans cette catastrophe.

Derek O'Brien, un parlementaire de l'Etat du Bengale occidental dont Calcutta est la capitale, a toutefois indiqué que le groupe était écarté de tout chantier dans d'autres Etats en raison de sa "mauvaise réputation". Le gouvernement de l'Etat a promis de sévir contre les responsables de cet accident.

Jeudi, un représentant d'IVRCL, K.P. Rao, avait parlé jeudi de force majeure à propos de cette catastrophe. Vendredi le groupe a à nouveau démenti toute défaillance. "A première vue, il s'agit d'un accident que nous regrettons très sincèrement", a dit la directrice juridique Seetha Peddapathi, lors d'un point de presse. "IVRCL et son équipe coopéreront à l'enquête et apporteront tout leur appui".

A cours de financement

Le groupe de BTP avait indiqué aux autorités de la ville en 2014 être à cours de financement pour finir les travaux, commencés en 2009 et qui devaient initialement durer 18 mois. Le budget alloué était de 25 millions de dollars.

L'Inde connaît régulièrement des accidents mortels de ce type, souvent dûs au non-respect des normes de construction, dans un pays qui manque d'infrastructures de transport et de logements.

ATS