Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le premier tour de l'élection présidentielle égyptienne s'est achevé jeudi soir après deux jours de vote sans accroc majeur. Peu d'infractions et de violences ont été constatées. Les Egyptiens doivent choisir entre islamistes et hommes de l'ancien régime.

Comme mercredi, les bureaux de vote ont fermé à 21h00 - une heure plus tard que prévu - pour accueillir le plus grand nombre possible d'électeurs. Pour la première journée de vote, la participation avait connu une nette augmentation en fin de journée lorsque la chaleur est retombée.

Le dépouillement des votes a commencé peu après la fermeture des bureaux de vote. Trois heures avant la fermeture, le président de la Commission électorale Farouk Soltane a estimé le taux de participation à 50%.

La presse saluait jeudi ce scrutin "libre et historique". "Que les Egyptiens fassent la queue pour choisir un président de la République et que personne ne soit d'accord sur le nom du futur président, cela veut dire que quelque chose a changé", a estimé le quotidien indépendant "Al-Chourouq".

Islamistes contre libéraux

Douze candidats étaient en lice pour ce scrutin qui oppose des islamistes - le Frère musulman Mohamed Morsi et le dissident de la confrérie Abdel Moneim Aboul Fotouh - à des "libéraux" incarnant une forme de continuité avec l'ancien régime de Hosni Moubarak, l'ex-ministre Amr Moussa et l'ancien général Ahmed Chafiq.

Les résultats du premier tour devraient être connus samedi mais aucune annonce officielle ne devrait intervenir avant mardi. Il est peu probable qu'un des candidats obtienne la majorité absolue. Un second tour sera probablement nécessaire les 16 et 17 juin.

Mohamed Morsi faisait la course en tête mercredi, selon les Frères musulmans et l'équipe de campagne d'Amr Moussa, qui place l'ancien secrétaire général de la Ligue arabe en deuxième position. Mais on ne sait pas très bien sur quoi se basent ces estimations.

ATS