Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le projet de constitution défendu par les islamistes au pouvoir en Egypte a été approuvé par 63,8% des voix, a annoncé mardi soir la commission électorale. Le taux de participation a atteint 32,9%, a précisé le président de la commission.

"Nous avons examiné avec sérieux toutes les plaintes", a-t-il ajouté. Le résultat officiel est conforme aux estimations diffusées depuis ce week-end par les Frères musulmans comme par l'opposition, hostile au texte.

Plusieurs ONG avaient dénoncé des irrégularités pendant le scrutin des 15 et 22 décembre et l'opposition a accusé les Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, de fraude en faveur du "oui". Des élections législatives doivent maintenant être organisées dans un délai de deux mois environ.

Des résultats invalidés

En Egypte, les élections doivent se dérouler sous la supervision des magistrats pour être valides. Or, les ONG et l'opposition ont assuré que des personnes s'étaient fait passer pour des juges dans certains bureaux de vote.

"Tous ceux qui ont participé au processus étaient membres d'une des instances de la magistrature", a assuré le président de la commission. "Les résultats de certains bureaux ont toutefois été invalidés, notamment parce qu'ils avaient fermé avant l'heure fixée par la commission", a-t-il concédé.

Ce scrutin risque à nouveau de polariser l'Egypte entre le bloc islamiste, - vainqueur de toutes les consultations électorales depuis la chute de l'ancien président Hosni Moubarak - et une opposition disparate.

Le calme règne au Caire

Le Caire semblait néanmoins calme dimanche après l'annonce des résultats définitifs.

Le président Mohamed Morsi considère que l'adoption de la constitution met un terme à la longue et turbulente période post-révolutionnaire. Certains analystes estiment toutefois que la méthode forte employée par le chef de l'Etat pour faire passer le texte n'a fait que galvaniser l'opposition.

Celle-ci dénonce une constitution dangereuse pour les libertés, les droits des femmes et des minorités, dont les chrétiens coptes qui constituent 10% de la population.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS