Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des affrontements sanglants se sont poursuivis samedi au Caire pour la seconde journée consécutive entre forces de l'ordre et manifestants hostiles au pouvoir militaire. Le premier ministre Kamal el-Ganzouri a évoqué un risque de "contre-révolution".

Le bilan des accrochages qui ont débuté vendredi matin devant le siège du gouvernement dans le centre du Caire est de neuf tués et au total 361 blessés, a dit dans l'après-midi le ministre de la Santé.

Ces violences sont les plus graves depuis les affrontements similaires qui avaient fait 42 tués, principalement au Caire, quelques jours avant le début le 28 novembre des premières législatives depuis la chute de Hosni Moubarak en février, chassé sous la pression de la rue.

Les forces de l'ordre ont repris le contrôle samedi matin des abords du siège du gouvernement.

Mesure sécuritaire

D'importants effectifs de soldats et de policiers ont barré les accès à ce secteur, en déployant notamment des barbelés et en érigeant un mur sur une grande avenue, à quelques centaines de mètres de la place Tahrir, haut lieu de la contestation.

Après quelques heures de calme, des heurts ont repris, avec des groupes de manifestants jetant des pierres et des cocktails Molotov, tandis que des hommes en civil leur lançaient des pierres et des bouteilles enflammées depuis des toits d'immeubles.

Les heurts se sont ensuite étendus à d'autres secteurs des abords de la place Tahrir, notamment un grand pont sur le Nil, avant de se concentrer à nouveau aux abords du siège du gouvernement où un millier de manifestants environ étaient toujours présents en fin d'après-midi.

"Eléments infiltrés"

Le premier ministre a fait état de 18 blessés par balles mais a assuré que "ni l'armée ni la police n'ont ouvert le feu" sur les manifestants. "Ceux qui sont à Tahrir ne sont pas les jeunes de la révolution", a affirmé M. Ganzouri.

"Ce n'est pas une révolution, mais une contre-révolution", a-t-il ajouté en mettant les violences sur le compte d'"éléments infiltrés" qui "ne veulent pas de bien à l'Egypte".

ATS