Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le général Omar Souleimane a déposé officiellement dimanche sa candidature à l'élection présidentielle du printemps en Egypte. Cette candidature est susceptible de rebattre les cartes du scrutin.

L'ancien chef des renseignements égyptiens, âgé de 74 ans, a été pendant vingt ans l'homme de confiance de l'ancien "raïs" pour les négociations délicates, notamment avec Israël et les Palestiniens, et la lutte contre l'islamisme armé.

Il est une des rares personnalités de l'ancien régime à ne pas avoir été inquiétée par la justice après la révolution. Certains défenseurs de la révolution redoutent toutefois que sa candidature ait des parfums de contre-révolution.

Une vingtaine de candidats

Une vingtaine de personnes ambitionnent de diriger le pays, parmi elles l'ancien patron de la Ligue arabe Amr Moussa et le dernier chef du gouvernement de M. Moubarak, Ahmad Chafiq.

Les islamistes présentent notamment le numéro deux des Frères musulmans, Khairat al Chater et le salafiste Hazem Salah Abou Ismaïl, qui se sont fixés comme premier objectif l'application de la "charia" (loi islamique).

Bothaina Kamel, seule personnalité publique féminine à se porter candidate, n'a pas pu rassembler les 30'000 signatures d'électeurs nécessaires pour se qualifier.

Candidatures contestées

La commission électorale devait rendre ce dimanche son verdict sur la validité de la candidature de Hazem Salah Abou Ismaïl, dont la mère a acquis la nationalité américaine en 2006 - ce qui pourrait disqualifier son fils.

Khairat al-Chater pourrait lui aussi être disqualifié car il est sorti de prison en mars 2011 après avoir été condamné par un tribunal militaire à sept ans de réclusion pour des accusations de terrorisme et de blanchiment d'argent.

Samedi, la justice administrative a d'ailleurs interdit à l'opposant Ayman Nour de se présenter en vertu de cette loi, bien que le pouvoir militaire ait décidé quelques jours auparavant de lui rendre ses droits politiques.

Le premier tour du scrutin est prévu les 23 et 24 mai, le second les 16 et 17 juin.

ATS