Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Candidat au Conseil fédéral, Pierre-Yves Maillard a adressé mardi une lettre aux parlementaires fédéraux. Le socialiste y rappelle son expérience au Conseil d'Etat vaudois, ses motivations et ses propositions politiques.

"L'élection au Conseil fédéral est à la fois un choix de personne et un choix politique", écrit Pierre-Yves Maillard, qui est avec le fribourgeois Alain Berset, candidat à la succession de Micheline Calmy-Rey. L'élection se déroulera le 14 décembre prochain.

"J'espère par ce courrier vous donner l'occasion de faire votre choix en bonne connaissance de cause", note le Vaudois. Contrairement à Alain Berset, élu à la Chambre des cantons, Pierre-Yves Maillard ne fait plus partie du sérail politique bernois depuis son élection au Conseil d'Etat vaudois, fin 2004.

L'envoi de cette lettre est une démarche plutôt inhabituelle: "c'est très rare à mon avis", observe le secrétaire du Parti socialiste vaudois, Arnaud Bouverat. La missive se veut un complément aux auditions des candidats par les groupes parlementaires.

Sur le fond, Pierre-Yves Maillard rappelle son attachement aux "bons compromis" et sa volonté de proposer des réformes. Il plaide pour une modernisation de l'approvisionnement énergétique et critique "la fuite en avant dans le libre-échange" agricole. Enfin, il prône une collaboration "plus intense" entre les cantons et la Confédération.

ATS