Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Vaudois ont confirmé dimanche la majorité de gauche au gouvernement cantonal. En élisant deux socialistes et une Verte au second tour, ils se dotent du seul Conseil d'Etat à majorité féminine de Suisse.

Pour la première fois, quatre femmes siégeront au gouvernement vaudois. Seul le canton de Zurich a déjà connu un exécutif à majorité féminine, entre 2003 et 2006. L'ordre d'élection des candidates constitue une demi-surprise. Alors qu'elle était devancée par les deux sortantes au premier tour, la syndique de Morges Nuria Gorrite (PS) leur brûle cette fois la politesse.

Avec 74'438 suffrages (53,08%), Nuria Gorrite devance de 1100 voix Béatrice Métraux (Verts, 73'325 suffrages, 52,29%) et de 4200 voix Anne-Catherine Lyon (PS, 70'165 suffrages, 50,04%).

Candidat UDC distancé

Les trois élues rejoignent au Château cantonal Pierre-Yves Maillard (PS), arrivé en tête au premier tour. La gauche conserve ainsi la majorité conquise en décembre lors de l'élection complémentaire, consécutive au décès du ministre UDC Jean-Claude Mermoud. Pour la première fois, elle obtient cette position pour une législature entière.

Soutenu par le PLR, l'UDC Claude-Alain Voiblet échoue à reconquérir ce siège. Avec 62'480 suffrages (44,56%), M. Voiblet est distancié de 7600 voix par la moins bien élue du trio de gauche.

Les trois sortants PLR Pascal Broulis, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba ont été élus au premier tour. Le candidat de Vaud Libre, Emmanuel Gétaz, réunit 8,9% des voix (12'485 suffrages). A 35,62%, la participation est nettement plus basse que celle du premier tour (41,79%).

Cohabitation "délicate"

La cohabitation entre un Conseil d'Etat de gauche et un Grand Conseil à droite s'annonce "très délicate", avertit Christelle Luisier. "Il n'y aura pas de difficultés. Des domaines comme le logement, l'énergie et les infrastructures devraient fédérer.", selon Béatrice Métraux. "Je suis assez confiant", a déclaré Pierre-Yves Maillard. "On trouvera les compromis nécessaires".

La répartition des départements se fera ces prochaines semaines, ainsi que la désignation à la présidence.

ATS