Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Matteo Salvini a tenté un coup de force vendredi au Sénat italien

KEYSTONE/AP/ANDREW MEDICHINI

(sda-ats)

Le torchon brûle au sein de la coalition de droite, sortie en tête des législatives en Italie, à l'issue vendredi de la première journée de vote pour élire les présidents des deux chambres. L'incertitude demeure sur le futur gouvernement italien.

La Ligue de Matteo Salvini (extrême droite) a tenté en fin de journée un coup de force en proposant au Sénat un candidat issu de Forza Italia, le parti de son allié Silvio Berlusconi. Mais sans vraiment consulter son allié qui a aussitôt dénoncé un "acte d'hostilité" destiné avant tout, a-t-il dit, à briser la coalition de droite et permettre à la Ligue de se rapprocher du Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème), l'autre grand vainqueur des législatives.

Les scénarios vont bon train depuis le 4 mars, et l'un d'eux évoque un rapprochement entre la Ligue et le M5S, majoritaires en voix et en sièges au Parlement. L'hypothèse est toutefois rejetée par Silvio Berlusconi, et pour y parvenir Matteo Salvini n'a donc d'autre choix que de faire éclater la coalition dont il est pourtant le chef.

Depuis le 4 mars, les partis antisystème ou d'extrême droite sont majoritaires mais deux camps revendiquent de gouverner: la coalition de droite/extrême droite, en tête avec 37% des voix, et le M5S, devenu premier parti d'Italie avec près de 33%.

Votes blancs

A la Chambre des députés comme au Sénat, les deux premiers tours, où les majorités nécessaires sont particulièrement élevées, ont été marqués par une écrasante majorité de votes blancs.

Un équilibre avait portant semblé se dessiner dans la semaine pour les présidences du Parlement: la Chambre des députés pour le M5S, le Sénat pour la coalition de droite.

Mais la lutte est rude, y compris et surtout au sein de cette coalition, où Forza Italia (FI), le parti de Silvio Berlusconi qui a dominé la droite italienne pendant 25 ans, n'a obtenu que 14% des voix, contre 17% pour la Ligue de Matteo Salvini.

A contrecoeur, le vieux milliardaire s'est rangé derrière son jeune allié dans la course pour diriger le gouvernement, tout en exigeant la présidence d'une chambre, plus particulièrement le Sénat pour son ancien ministre du développement économique Paolo Romani, rejeté par le M5S parce que condamné pour avoir laissé sa fille utiliser son portable de fonction.

Lors du 2e tour au Sénat vendredi, M. Salvini a provoqué la surprise en faisant voter les sénateurs de la Ligue pour Anna Maria Bernini, élue de Forza Italia et avocate de Silvio Berlusconi. Ce dernier a aussitôt convoqué ses troupes pour une réunion en urgence dans la soirée, avant de dénoncer cet "acte d'hostilité", dans un communiqué.

Nouveau tour samedi

Le règlement de la chambre haute prévoit si nécessaire un nouveau tour - probablement samedi - pour départager les deux candidats arrivés en tête. A la Chambre des députés, il faudra voter jusqu'à ce qu'un élu obtienne la majorité absolue, peut-être la semaine prochaine.

La coalition de droite compte 260 députés et le M5S 229 alors que la majorité absolue à la chambre basse est de 316. Au Sénat, où celle-ci est de 161 sièges en incluant les sénateurs à vie, la coalition de droite a 135 élus et le M5S 112.

Les tractations en cours ne sont cependant qu'un échauffement avant celles visant à la formation d'un gouvernement, qui ne semblent pas avoir débuté, les deux principaux camps se disant simplement prêts à discuter avec quiconque serait disposé à adopter leur programme.

Le président de la République, Sergio Mattarella, doit entamer ses consultations début avril, tandis que le gouvernement sortant de Paolo Gentiloni (centre gauche) gère les affaires courantes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS