Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef des négociations de paix pour la guérilla de l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste) en Colombie, Pablo Beltran, avait assuré vendredi en Equateur que durant le cessez-le-feu - en train d'être négocié, l'ELN suspendrait ses opérations offensives mais pas "défensives".

KEYSTONE/EPA EFE/JOSE JACOME

(sda-ats)

Il n'y aura pas de cessez-le-feu bilatéral sans trève "vérifiable" de l'ELN, dernière guérilla active en Colombie. Le négociateur en chef du gouvernement colombien, Juan Camilo Restrepo, l'a indiqué dimanche sur Twitter.

Après avoir négocié pendant quatre ans avec les Farc, principale guérilla du pays avec laquelle il a signé un accord de paix en novembre, le gouvernement de Bogota a entamé en février des pourparlers avec l'ELN, espérant parvenir à une "paix complète" en Colombie.

Le chef des négociations de paix pour la guérilla de l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste) en Colombie, Pablo Beltran, avait assuré vendredi en Equateur que les deux parties étaient proches d'un accord pour "un cessez-le-feu temporaire" avant la visite du pape en septembre.

Il avait toutefois précisé que durant ce cessez-le-feu, l'ELN suspendrait ses opérations offensives mais pas "défensives".

Il avait également demandé que "le gouvernement rompe ses liens avec les paramilitaires" et souhaité "un arrêt des attaques et des persécutions visant les dirigeants syndicaux, environnementaux, et les défenseurs des droits de l'homme".

Troisième cycle de négociations

Le président colombien Juan Manuel Santos a posé comme condition, pour parvenir à un accord de cessez-le-feu, la fin de certaines pratiques de la guérilla comme les enlèvements, les attaques contre des infrastructures et les extorsions de fonds.

En 2016, 127 militants sociaux ont été assassinés, la plupart dans les territoires de présence historique des Farc, selon l'ONU. Cette dernière estime que des dissidents de la guérilla, des anciens paramilitaires, des criminels de droit commun et l'ELN sont derrière ces meurtres.

Inspirée de la révolution cubaine et née comme les Farc d'une rébellion paysanne en 1964, l'ELN compte encore quelque 1500 combattants. Un troisième cycle de négociations avec le gouvernement doit démarrer à Quito le 24 juillet prochain.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS