Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'embargo ne s'appliquait qu'à la compagnie Qatar Airways. Les compagnies étrangères pouvaient toujours transiter par l'espace aérien des Emirats, du royaume saoudien et de Bahreïn pour des vols en provenance ou en direction du Qatar (archives).

KEYSTONE/AP/MICHAEL PROBST

(sda-ats)

Le Qatar, Bahreïn et les Emirats Arabes Unis sont parvenus à un accord sur l'ouverture de couloirs aériens. Les vols de la compagnie Qatar Airways seront facilités, a-t-on appris mardi auprès de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

Sous l'égide de l'agence onusienne du transport aérien, "de nouveaux couloirs aériens temporaires ou alternatifs" ont été mis en place. "Des routes aériennes existantes ont été rétablies", selon Anthony Philbin, porte-parole de l'OACI.

"Depuis le 5 juin, l'OACI travaille avec plusieurs Etats au Moyen-orient pour assurer un accès équitable des aéronefs immatriculés au Qatar à l'espace aérien" des pays voisins. L'accord porte sur un corridor d'urgence pour Qatar Airways pour l'accès à l'espace aérien de Bahreïn et des Emirats Arabes Unis.

Embargo unique

L'embargo ne s'appliquait qu'à la compagnie Qatar Airways. Les compagnies étrangères pouvaient toujours transiter par l'espace aérien des Emirats, du royaume saoudien et de Bahreïn pour des vols en provenance ou en direction du Qatar.

Depuis deux mois, le Qatar est sous le coup d'un embargo de ses voisins du Golfe, dont l'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et Bahreïn qui l'accusent de soutien au "terrorisme". Leurs frontières terrestres sont fermées au petit état gazier et l'accès à leur espace aérien avait été jusqu'ici sévèrement restreint.

ATS