Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Emmi renoncera à utiliser le terme "Gruyère" pour les fromages produits dans sa filiale américaine Emmi Roth, mais seulement à partir du 1er mai 2013. Le groupe lucernois dit en outre vouloir s'engager à protéger la marque "Gruyère" aux Etats-Unis.

"Après d'importantes discussions menées ces derniers jours avec divers représentants de la chaîne de création de valeur "Gruyère", Emmi affirme qu'il mettra tout en oeuvre pour continuer à soutenir le succès du Gruyère AOC" dans ce pays", a-t-il indiqué dans un communiqué.

En complément des efforts d'Emmi pour l'enregistrement de la marque aux Etats-Unis, le conseil d'administration a décidé jeudi de retirer à partir du 1er mai 2013 la mention "Gruyère" des fromages produits localement par Emmi Roth et dont la marque est détenue par le groupe lucernois.

Cela concerne trois fromages sur une vingtaine. Emmi souligne que cet intitulé ne disparaîtra pas chez ses concurrents et dans le commerce. "C'est pourquoi l'enregistrement de la marque aux Etats-Unis est si important", explique l'entreprise.

Plus de crédibilité

L'Interprofession du Gruyère a exprimé son soulagement et sa satisfaction au sujet de cette double décision. "Après avoir pris acte des critiques formulées à son égard, le numéro un de la branche laitière suisse assume ses responsabilités et corrige ses intentions premières", a-t-elle commenté vendredi.

La décision de renoncer à cette dénomination pour tout fromage autre que l'AOC (appellation d'origine contrôlée) est "empreinte de bon sens", a-t-elle ajouté dans son communiqué. Le fait que le plus important producteur de gruyère non AOC aux Etats-unis renonce à cet intitulé renforce en effet la crédibilité d'une demande de protection de l'AOC aux yeux des autorités américaines.

Pour l'heure, la législation américaine n'offre pas de système de protection des AOC et IGP (indication géographique protégée) tel qu'en Suisse ou dans l'Union européenne. Mais l'Interprofession espère pouvoir trouver des solution.

ATS