Navigation

Emotions manipulées: enquête ouverte contre Facebook

Ce contenu a été publié le 02 juillet 2014 - 12:58
(Keystone-ATS)

L'autorité britannique de protection des données a annoncé l'ouverture d'une enquête pour déterminer si Facebook a violé la loi. La semaine dernière, la nouvelle selon laquelle le réseau social aurait manipulé en secret les émotions de 700'000 utilisateurs a suscité un tollé.

"Nous allons évoquer la question avec Facebook et nous coordonner avec nos homologues irlandais pour en savoir plus sur les circonstances", de cette étude, a indiqué un porte-parole de l'Information Commissioner's Office (ICO) à l'AFP.

Un tollé a accueilli la semaine dernière la révélation que Facebook avait utilisé à son insu 700'000 utilisateurs comme cobayes pour étudier "la contagion émotionnelle" dans le cadre d'une étude universitaire en 2012.

Méthode "démoniaque"

Les auteurs cherchaient à savoir si le nombre de messages positifs ou négatifs lus par les utilisateurs influençait la teneur de ce qu'ils postaient eux-mêmes sur le site.

Leur étude, d'abord passée inaperçue dans les grands médias, a suscité une attention grandissante après des articles publiés samedi dans la revue en ligne Slate et sur les sites du magazine "The Atlantic" et de "Forbes". Certains internautes ont exprimé "leur trouble profond" ou qualifié la méthode utilisée "d'alarmante" ou de "démoniaque".

"Faire mieux à l'avenir"

"Il est évident que des personnes ont été dérangées par cette étude et nous en assumons la responsabilité", a commenté un porte-parole de Facebook dans un communiqué à l'AFP. "Nous voulons faire mieux à l'avenir et améliorer nos procédures en tentant compte de ces réactions. L'étude a été conduite en respectant la protection des informations personnelles et nous sommes heureux de répondre à toutes les questions des autorités de régulation."

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.