Toute l'actu en bref

La fibre optique polymère servant de capteur peut être intégrée directement dans le tissu.

Empa St-Gall

(sda-ats)

Des chercheurs de l'Empa à St-Gall ont développé des fibres optiques plastiques suffisamment souples pour fonctionner comme capteurs dans des textiles. Des applications sont envisagées en médecine ou dans les vêtements de sport.

L'équipe de Luciano Boesel a utilisé de la fibre optique polymère soumise à un procédé de fusion pour la rendre plus souple. Intégrée dans le tissu d'un bonnet, elle a pu être utilisée comme capteur pour mesurer la fréquence cardiaque de personnes par le front, rapportent les chercheurs dans le Journal of the Royal Society Interface.

"Normalement, ces fibres que l'on connaît des technologies de communication ne sont pas suffisamment souples", a expliqué à l'ats Maike Quandt, première auteure de l'étude. Le nouveau produit en revanche peut être tricoté et noué, il supporte également un lavage désinfectant et peut être fabriqué industriellement.

Il ouvre donc des perspectives dans le domaine hospitalier, par exemple pour surveiller l'irrigation sanguine et éviter la formation d'escarres chez les patients alités. Le procédé permet des mesures à des endroits inédits, comme le pouls par le front, du fait que la lumière émise traverse les tissus avant d'être renvoyée au détecteur.

Divers usages

Le système a été validé pour le pouls. Les scientifiques entendent maintenant le faire évoluer pour d'autres usages, comme la mesure de la saturation du sang en oxygène ou la surveillance d'autres produits du métabolisme, ajoute M. Boesel.

Des débouchés dans les vêtements de sport sont également évoqués. Outre le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa), le Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM) à Neuchâtel, l'Hôpital universitaire de Zurich et le Centre suisse des paraplégiques à Nottwil (LU) ont participé à ces travaux.

ATS

 Toute l'actu en bref