Des chercheurs de l'Empa ont atteint une efficacité de 20,8% avec des cellules solaires flexibles ultrafines CIGS. Ils battent ainsi leur propre record.

Le laboratoire des couches minces et du photovoltaïque de l'Empa réalise ainsi une hausse de 0,4% par rapport au record précédent. Cette technologie utilise le diséléniure de cuivre, l'indium et le gallium (Cu(In,Ga)Se2), ou CIGS, qui permet de fabriquer des cellules solaires flexibles et légères sur des films polymères.

Ce résultat publié dans la revue Advanced Energy Materials est le fruit d'une combinaison de trois améliorations majeures, explique Romain Carron, responsable de la recherche CIGS au laboratoire de l'Empa, cité dans un communiqué.

"Tout d'abord, nous avons soigneusement ajusté la composition chimique de la couche absorbante pour améliorer ses propriétés électroniques et optiques. Puis nous avons développé de nouvelles méthodes pour le dopage des métaux alcalins. Enfin, nous avons adapté les propriétés de l'interface frontale pour améliorer les performances des cellules", dit-il.

Les modules solaires flexibles CIGS sont déjà disponibles sur le marché via la spin-off de l'Empa Flisom. La fabrication reste toutefois encore fastidieuse et doit être améliorée, note le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa).

Outre leur souplesse, ces cellules présentent l'avantage d'être extrêmement fines - environ 40 micromètres - et donc très légères, moins de 100 grammes au mètre carré, a précisé Romain Carron à Keystone-ATS. Sur un substrat rigide, les cellules CIGS atteignent une efficacité de 23%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.