Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les travailleurs exerçant une activité temporaire seront dorénavant mieux protégés. Les partenaires sociaux ont présenté mardi à Zurich la première convention collective de travail (CCT) interbranches de Suisse. Le texte s'adresse à près de 300'000 personnes.

La CCT Location de services a connu une longue période de gestation avant d'aboutir à ce que les acteurs concernés ont qualifié d'important facteur de progrès. "Il y a dix ans que nous cherchons à réglementer les conditions de travail dans la branche", a relevé Renzo Ambrosetti, coprésident du syndicat Unia.

Aux yeux du Tessinois, il s'agit ni plus ni moins d'un changement de paradigme. La CCT, dont la validité a été étendue au secteur par le Conseil fédéral il y a tout juste une semaine, sert à combler les lacunes existant avec les mesures d'accompagnement à la libre circulation des personnes.

Lutter contre le dumping

Le texte permet aussi de "stopper efficacement le dumping salarial et social", a ajouté Renzo Ambrosetti. Il apporte par ailleurs une couverture perte de gain en cas de maladie obligatoire, une réglementation claire à l'assujettissement à la LPP (2e pilier) et l'introduction de salaires minimaux contraignants pour l'employeur.

Charles Bélaz, président de swissstaffing, l'association suisse des entreprises de travail temporaire, n'a pas hésité à parler d'avancée historique. La CCT favorise le partenariat social et crée des conditions claires et plus simples pour tous les acteurs du marché, selon lui.

Charles Bélaz y voit aussi une opportunité pour rendre la branche plus attrayante, et surtout, pour redorer son blason. En effet, les critiques syndicales ont longtemps fusé contre les conditions souvent précaires des travailleurs qui ne bénéficient pas de contrats à durée indéterminée.

En vertu de la CCT, les entreprises de travail temporaire devront notamment verser un salaire minimum compris entre 16,46 et 23,59 francs de l'heure.

ATS