Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Cette baisse est en partie liée à l'expiration d'options", a mis en avant Peter Cardillo, économiste en chef chez First Standard Financial (image symbolique).

KEYSTONE/AP/RICHARD DREW

(sda-ats)

A l'issue d'une semaine de repli face aux nombreuses incertitudes sur le risque de Brexit et l'économie mondiale, Wall Street a encore baissé vendredi. Quelques fluctuations techniques sont venues accentuer l'instabilité: le Dow Jones a perdu 0,33% et le Nasdaq 0,92%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 57,94 points à 17'675,16 points. Dominé par la technologie et plombé par une baisse du groupe Apple, le Nasdaq a cédé 44,58 points à 4'800,34 points. L'indice élargi S&P 500 reculait de 6,77 points, soit 0,33%, à 2071,22 points.

"Cette baisse est en partie liée à l'expiration d'options", a mis en avant Peter Cardillo, économiste en chef chez First Standard Financial. Il faisait en référence au fait qu'il s'agissait d'une séance dite des quatre sorcières, marquée une fois par trimestre par l'arrivée simultanée à terme de différents types de contrats.

Wall Street s'est ainsi distinguée des autres grandes Bourses, qui ont dans l'ensemble monté. Mais la constante mondiale restait l'incertitude à six jours du référendum britannique sur l'appartenance à l'Union européenne (UE), ainsi que, plus largement, les craintes de ralentissement de l'économie internationale.

Le marché obligataire se repliait. Vers 22h20, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 1,607% contre 1,576% jeudi soir. Et celui des bons à 30 ans à 2,419%, contre 2,398% précédemment.

ATS