Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe de photographie Eastman Kodak, qui a déposé le bilan en janvier, a demandé au juge des faillites l'autorisation de verser quelque 13,5 millions de dollars en bonus à certains employés clés. Il veut ainsi éviter qu'ils proposent leurs compétences à des concurrents.

Kodak "a constaté une nette hausse des départs des employés au premier trimestre, au moment où les rumeurs ont commencé à circuler sur un dépôt de bilan mais également en réponse" à la décision du groupe de se placer sous la protection de la loi sur les faillites (Chapter 11) le 19 janvier, indique un document de justice consulté samedi sur le site du groupe.

Jusqu'à 50% du salaire annuel

Ces départs ont été "particulièrement dommageables" au niveau de l'encadrement, précise ce document daté de mercredi. Le groupe, qui emploie encore quelque 7600 personnes, souhaite distribuer quelque 8,5 millions de dollars à 119 d'entre elles, sous la forme de primes représentant de 35 à 50% de leur salaire annuel.

Les 5 millions de dollars restants seraient distribués à 200 autres personnes sous la forme de prime représentant 25% de leur salaire annuel. Kodak "a conscience que ces personnes ont des opportunités d'emploi alternatives", précise le document.

Restructuration

Une audience du tribunal des faillites de New York est prévue à ce sujet le 18 avril. Kodak a déposé son bilan le 19 janvier pour se restructurer à l'abri des demandes de ses créanciers, victime au bout de 131 ans d'existence du retard pris dans le numérique.

Il a annoncé le mois dernier son retrait du marché grand public des appareils photo et vidéo, et prévoit de recentrer son activité grand public sur les imprimantes de photos et "son programme de licence de marques", c'est-à-dire des accords sur l'utilisation de ses brevets. En outre, Kodak fournit divers produits et services destinés aux professionnels, y compris dans le cinéma.

ATS