Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En portant un regard sur leur vie, 52% des sondés pensent ne pas avoir eu assez de temps pour voyager et vivre des aventures (photo symbolique).

Keystone/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

En Suisse, près de 90% des adultes n'ont pas le temps de faire ce qui est vraiment important à leurs yeux. Plus de la moitié regrette de ne pas avoir assez voyagé ou vécu d'aventures. Deux tiers des travailleurs à plein temps aimeraient réduire leur taux d'occupation.

Environ la moitié des adultes renonce à pratiquer une activité physique ou à faire du sport par manque de temps, selon un sondage réalisé par l'institut de recherche sotomo et publié lundi. Les Suisses n'ont pas non plus la disponibilité qu'ils souhaiteraient pour pouvoir s'occuper de leurs amis (48%) ou se détendre (47%).

Chez les couples avec enfants à la maison, c'est l'intimité avec le partenaire (56%) qui passe le plus souvent à la trappe. En comparaison, chez les autres adultes, cette part n'atteint que 36%.

Selon une auto-évaluation des sondés, un adulte dispose en semaine d'à peine cinq heures par jour en moyenne pour manger et pratiquer ses loisirs. Il consacre un peu moins de huit heures à son activité professionnelle et dort sept heures et 18 minutes. Les trajets domicile-travail prennent une heure. Les trois restantes servent en général aux autres tâches comme le ménage ou la paperasse.

Ces obligations privées ainsi que le travail empiètent sur le temps qui pourrait être consacré à d'autres activités. Les premières sont source de stress pour un adulte sur deux. De même, plus d'un tiers des actifs ressent que leur travail les angoisse parce qu'il déborde sur le temps libre, sous la forme d'heures supplémentaires ou d'appels et courriels professionnels en dehors des heures de travail.

Travailler moins et voyager

S'ils avaient le choix, 57% des actifs en Suisse réduiraient leur taux d'occupation, dont la moitié dans le seul but d'avoir plus de temps libre. Deux tiers des travailleurs à plein temps le feraient sans hésiter. Parmi ceux à 50% au moins, une majorité préférait réduire le nombre d'heures de travail plutôt que l'augmenter. Et seul un quart de ceux à moins de 50% choisirait de travailler plus.

Avoir davantage de temps libre et pouvoir mieux l'organiser permettrait aux Suisses d'avoir moins de regrets. Avec un regard rétrospectif, 52% des sondés pensent ne pas avoir eu assez de temps pour voyager et vivre des aventures. De même, 37% auraient profité d'apprendre un instrument de musique ou une langue. Sport, amis et autres loisirs occupent aussi une place de choix parmi les regrets.

Pour 29% des sondés, le travail est ce qui leur a fait perdre le plus de temps dans la vie. Toutefois, des activités liées au temps libre telles que la "télévision", "Internet" ou "ne rien faire", ont obtenu au total 33% de réponses. Les Romands appartiennent plus, et de loin, au premier groupe, et les Alémaniques au second. Le temps investi dans certaines relations humaines (15%) vient en 3e place.

Pas de temps, mais du stress

Si l'on revient à la réalité du quotidien, environ deux tiers des adultes se disent régulièrement stressés à cause d'un manque de temps. Près de la moitié se sentent parfois stressés et 30% sont souvent ou presque toujours sous l'emprise du stress. Différence importante, 35% des femmes sont souvent ou presque toujours dans un état de stress, contre seulement un quart des hommes.

Cet écart entre les sexes demeure si l'on observe les réponses de personnes avec des enfants à la maison ou non, d'après le sondage. Ce sont donc plutôt les activités ménagères et la paperasse quotidienne qui penchent dans la balance et angoissent les femmes. Sans surprise, les hommes, eux, sont plus préoccupés par le travail.

Toutefois, il n'y a pas que l'activité professionnelle ou les obligations privées qui causent du stress. Certains loisirs aussi, comme la consommation de médias selon 21% des sondés, ou l'échange dans les réseaux sociaux selon 17% d'entre eux. Une autre source de stress réside dans la procrastination: ainsi 52% des Suisses reportent régulièrement la paperasse et 42% les travaux ménagers.

Ce sondage rappelle que le stress a une influence négative sur l'état de satisfaction dans la vie. Une personne qui n'est jamais stressée par le temps est en moyenne quatre fois plus souvent satisfaite qu'une personne souvent stressée, comme celles qui sont absorbées durant plus de huit heures par leur travail. La tendance s'observe aussi pour les personnes qui dorment moins de huit heures.

Auprès de 7958 sondés

L'institut de recherche sotomo a mené cette enquête en ligne pour le compte de la caisse maladie CPT du 5 au 9 septembre sur les sites des journaux partenaires Le Matin, Blick et Ticinonline. Les réponses de 7958 Suisses ont été prises en compte. Après une pondération de cet échantillon, les résultats finaux sont représentatifs de l'ensemble de la population adulte en Suisse.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS