Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Luxembourg - Tentant de rassurer les marchés affolés par la crise de la dette, les ministres européens des Finances ont décidé d'étendre la cure d'austérité à tous les pays. Ils ont aussi approuvé une surveillance plus sévère des budgets et des statistiques.
Les ministres européens des Finances ont ainsi doter l'office européen des statistiques Eurostat de pouvoirs d'enquête élargis, avec des droits d'inspection dans les pays de l'UE afin de vérifier la fiabilité des données qu'ils fournissent sur leur dette.
Le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, a "déjà en tête" un pays en particulier. "Nous avons eu des inquiétudes concernant les performances des statistiques de la Bulgarie et envisageons d'envoyer une mission prochainement", a-t-il précisé.
Le renforcement des pouvoirs d'Eurostat est la conséquence des multiples révisions des chiffres grecs qui ont provoqué la crise actuelle dans la zone euro, et va dans le sens d'un durcissement de la discipline budgétaire censé éviter une nouvelle crise.
Les ministres s'étaient déjà mis d'accord lundi soir pour créer de nouvelles sanctions contre les pays trop laxistes, ou pour soumettre les grandes lignes de leurs budgets nationaux à l'UE avant leur adoption parlementaire, idée qui suscite néanmoins des réticences à Londres.
Plus généralement, les pays européens tentent de calmer les marchés avec d'importants programmes d'austérité. Dernier en date, le gouvernement hongrois a présenté mardi des mesures pour réduire son déficit, passant par une taxation des banques et des réductions des dépenses publiques.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS