Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Face au changement de cap de la politique énergétique et à une conjoncture incertaine, Axpo affiche un bénéfice net en chute sur l'exercice 2010/11. Afin de pouvoir investir 21 milliards de francs d'ici 2030, le groupe électrique zurichois va biffer 140 emplois sur près de 4400 dès mars.

Evoquant un "résultat tout sauf satisfaisant", le président du conseil d'administration d'Axpo, Robert Lombardini a insisté sur les changements intervenus après la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon. 60% du courant produit par Axpo devra être fourni par d'autres moyens.

Outre l'accident nucléaire japonais, l'exercice 2010/11 (clos à fin septembre) a aussi été marqué du sceau des crises financières et de la dette, de l'appréciation du franc et des changements législatifs en Suisse, a résumé le patron du groupe zurichois, Heinz Karrer. A cela est venu s'ajouter le calcul des coûts liés à l'arrêt et au démantèlement des centrales nucléaires.

Le bénéfice net fond

Conséquence de cette évolution, le bénéfice net du groupe s'est effondré de 89% au regard de l'exercice précédent à 45 millions de francs. Le résultat d'exploitation (EBIT) a lui plongé de 74% à 139 millions, sous le poids d'amortissements ayant atteint 860 millions, 311 de plus qu'an auparavant.

Le chiffre d'affaires a pour sa part progressé de 1,4% sur un an à 6,35 milliards de francs. Le volume d'électricité vendu dans la zone desservie par le groupe a augmenté de 1,6% à 21'180 millions de kWh. Les investissements nets, consacrés notamment au projet hydroélectrique de Linth Limmern et à un parc éolien en mer du Nord, se sont eux chiffrés à 770 millions, en hausse de 24,2%.

Stratégie de production

Adaptant sa stratégie de production, Axpo entend d'une part s'assurer des contrats à long terme pour l'achat d'énergie nucléaire en France.

D'autre part, Axpo vise à maintenir au niveau actuel la production d'électricité d'origine hydraulique en Suisse, un objectif ambitieux, de l'avis de M. Karrer.

ATS